Isabelle Falque-Pierrotin a cédé sa place à la tête de la Commission nationale de l'informatique et des libertés. C'est Marie-Laure Denis, membre du Conseil d'Etat, qui a été nommée par le président Emmanuel Macron pour la remplacer.

La nomination de Marie-Laure Denis à la tête de la CNIL par le président de la République a été validée par le Parlement ce 31 janvier 2019, à 48 voix pour et 7 contre.

La présidence de la Commission nationale de l’informatique et des libertés était tenue par Isabelle Falque-Pierrotin depuis 2011. Elle cède sa place après un mandat de huit ans, qui s’est conclu récemment par une amende record de 50 millions d’euros infligée à Google.

La CNIL est l’institution française chargée de veiller à la protection des données personnelles des Français. Elle émet le plus souvent des avis consultatifs mais peut aussi asséner des amendes en cas de manquement au droit. Elle est notamment très consultée depuis la mise en place du RGPD dans l’Union européenne.

Marie-Laure Denis // Source : Arcep

Des cabinets ministériels au Conseil d’État

Emmanuel Macron a choisi personnellement Marie-Laure Denis pour prendre la tête de cet organe très important. Cette énarque de 52 ans née à Neuilly-sur-Seine a beaucoup évolué au sein des institutions françaises. Elle a été membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pendant 6 ans jusqu’en 2010, où elle a notamment été présidente du groupe radio. Elle a également travaillé pour l’Arcep (2011-2016), l’autorité chargée de réguler les communications électroniques en France. Elle y a été notamment été en charge d’un dossier compliqué, remarque le Monde.fr : la fin de l’itinérance entre Free et Orange.

Sa carrière avait pourtant débuté plutôt du côté du monde politique. Après des études à Sciences Po puis à l’ENA, elle devient directrice de cabinet pour Jean Tiberi (UMP) à la mairie de Paris entre 1995 et 1998. Elle passera ensuite deux ans dans les cabinets des ministres délégués à la famille (Christan Jacob) et de la Santé (Jean-François Mattei) sous Jacques Chirac (2002-2004).

Marie-Laure Denis est conseillère d’Etat, la plus haute juridiction du droit administratif français.

Quelles positions à la tête de la CNIL ?

À la tête de la CNIL, Marie-Laure Denis a pour projet de faire du RGPD sa «  première priorité », rapporte ZDnet et souhaite faire preuve de «  pédagogie pour promouvoir l’esprit de ce texte ». L’organisme avait, sous la direction d’Isabelle Falque-Pierrotin, endossé un rôle de pédagogue et d’accompagnateur crucial pour aider les entreprises françaises à se mettre en conformité avec le règlement. Elle avait parlé de cette volonté d’accompagner plus que de sanctionner, en septembre dernier dans un long épisode du podcast de Numerama, Club Internet.

Concernant la levée de l’anonymat sur internet évoquée par Emmanuel Macron à la mi-janvier, et qui avait soulevé de nombreuses interrogations sur la liberté en ligne et les réelles causes des incivilités sur internet, Marie-Laure Denis a précisé qu’il s’agissait d’un «  enjeu essentiel », mais admis qu’il s’agissait d’un « débat qui dépasse la CNIL ».

À lire sur Numerama : Podcast Club Internet, Wonder Women Edition  : on a reçu Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL

Partager sur les réseaux sociaux