Il avait élaboré le plan parfait pour voler une banque. Jusqu'à ce qu'il décide de s'enfuir sur une trottinette électrique.

Ça y est, vous vous êtes décidé : vous allez reproduire les méthodes du Far West et voler une banque. Vous répétez devant la glace votre discours, à la Travis Bickle dans Taxi Driver, et vous inscrivez sur un petit bout de papier la liste des choses à ne pas oublier afin qu’elle s’imprime bien dans votre mémoire. Dernier point de la liste : s’enfuir. Vous ne savez pas encore très bien comment vous allez prendre la fuite après votre larcin. Une Mustang, moteur allumé, conduite par André Les Grosses Cylindrés qui vous en doit une belle depuis l’histoire du rond point ? Un hélicoptère, pour que cela fasse la une des journaux ? Une petite voiture qui se fond dans le décor ? Un drone qui vient récupérer le magot pendant que vous repartez tranquillement à pied ? Vous hésitez…

Luca Mangiarano, 19 ans, lui, n’a pas hésité. Ce jeune habitant d’Austin, au Texas, s’est pointé dans la BBVA Compass bank et a demandé l’argent des caisses avant de prendre la fuite… sur une trottinette électrique mise à disposition par Uber, via sa marque Jump. Il s’agit peu ou prou du même modèle que celui que nous voyons dans les rues de certaines villes françaises mis à disposition par la marque Bird. La police, rapporte le journal Statesman (VPN nécessaire à cause du blocage des lecteurs européens), affirme qu’il lui a suffi de regarder les vidéos des caméras de surveillance pour voir que le jeune, sous cagoule, avait pris la fuite sur l’un de ces véhicules.

Jump fait aussi des vélos // Source : Uber

Ce que Luca Mangiarano ignorait peut-être, c’est que lors d’une affaire criminelle, toutes les entreprises et même les plus respectueuses de la vie privée comme Apple, sont tenues de partager avec les autorités les informations dont elles disposent. Vos informations chiffrées et protégées par mot de passe ne sont théoriquement pas accessibles. En revanche, Luca Mangiarano avait utilisé sa carte dé crédit pour débloquer la trottinette ainsi que sa véritable adresse personnelle et sa véritable identité. La police n’a eu qu’à sonner chez le jeune adulte pour le retrouver, après avoir regardé d’autres caméras de surveillance dans la zone de l’adresse pour confirmer qu’il s’agissait bien de lui.

Rappelons enfin que, même si la police n’avait pas eu accès aux informations personnelles du client d’Uber, les trottinettes sont géolocalisées en permanence, notamment pour que les personnes qui les chargent puissent les retrouver. Ce n’est donc clairement pas le véhicule à privilégier pour passer inaperçu.

Partager sur les réseaux sociaux