Le logiciel libre peut aussi recevoir les honneurs de la République. Le président de l'association VideoLAN, qui supervise le développement du lecteur multimédia VLC, vient de rejoindre l'ordre national du Mérite.

ordre national du Mérite
Médaille de chevalier. // Source : Fdutil

La France ne décore pas uniquement l’industrie du logiciel propriétaire. Le secteur du logiciel libre est aussi susceptible de recevoir les honneurs de la République. Preuve en est avec la remise, le 15 novembre, des insignes de l’ordre national du Mérite — l’une des plus importantes décorations françaises — à Jean-Baptiste Kempf, le fondateur et président de l’association VideoLAN.

Si elle n’est pas connue du grand public, l’association VideoLAN occupe une place capitale dans le domaine du logiciel libre, puisqu’elle soutient le projet VideoLAN, qui a donné le lecteur multimédia VLC Media Player. Logiciel libre et gratuit, VLC sait tout faire ou presque : il fonctionne sur la quasi-totalité des plateformes et sait gérer des dizaines de formats différents. La v3 est sortie début 2018.

L’association VideoLAN est née 2009, mais les racines de VLC sont plus anciennes. Elles remontent à 1996, avec un projet étudiant qui a vu les jours dans les murs de l’École Centrale Paris. L’outil a été remanié en profondeur en 1998 puis est devenu open source en 2001. Aujourd’hui, rappelle le bref historique du programme, des contributions proviennent plus de quarante pays.

Chevalier de l’ordre

Le décret, paru au Journal officiel le 16 novembre et signalé sur Twitter par Benoit Tabaka, le directeur des relations institutionnelles chez Google France, annonce que l’intéressé a été élevé au rang de chevalier de l’ordre national du Mérite. Il s’agit du premier grade de cet ordre qui en compte six. Cette décoration vise à récompenser les « mérites distingués », qu’ils soient militaires ou civils.

« Pour obtenir le ruban bleu, la durée des services demandée » est de dix ans, explique le site de l’Ordre. Dans le cas de Jean-Baptiste Kempf, le décret relève douze ans de services et deux activités spécifiques : président-fondateur d’une société d’édition de logiciels applicatifs d’une part, et fondateur d’une association de promotion de solutions libres pour le multimédia d’autre part.

En comparaison, Steve Ballmer, l’ancien PDG de Microsoft, a lui aussi été fait chevalier, mais d’un ordre plus prestigieux encore, celui de la Légion d’honneur. Remises par Nicolas Sarkozy lui-même, les insignes ont été attribués au nom du « rôle de plus en plus important de Microsoft dans le tissu économique français ». La Légion d’honneur requiert vingt ans de services et célèbre les « mérites éminents ».

Partager sur les réseaux sociaux