La version italienne de Wikipédia a décidé de fermer provisoirement pour s'opposer à la directive sur le droit d'auteur. Un bandeau d'avertissement est aussi visible sur la version anglaise de l'encyclopédie.

La décision est radicale. Constatant que ses communiqués de presse et ses mises en garde n’ont pas permis de faire dérailler la directive Copyright, la version italienne de Wikipédia a décidé de changer de braquet avec une mesure exceptionnelle  : fermer ses portes et afficher sur toutes ses pages le même encart d’avertissement contre la réforme du droit d’auteur.

Remarquée par Rémi Mathis, conservateur à la Bibliothèque nationale de France et ancien président de Wikimédia France, l’action prise par la communauté italienne de l’encyclopédie libre et gratuite a démarré ce mardi 3 juillet. Dans son message, elle demande aux internautes de contacter leur eurodéputé et de lui dire les menaces que cette directive fait peser sur la libre circulation de la connaissance.

Le message d’avertissement sur la version italienne du site.

Action isolée

Selon nos constatations, la version transalpine de Wikipédia est celle qui a le plus durci son discours sur la proposition de directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique. Les autres déclinaisons de l’encyclopédie n’ont pas (encore) pris une mesure aussi extrême, qu’il s’agisse des versions française, allemande, espagnole, portugaise, néerlandaise ou encore polonaise.

La mouture anglaise du projet collaboratif est la seule à se distinguer avec un bandeau qui s’adapte à la provenance géographique de l’internaute et qui l’informe que le Parlement européen va voter le 5 juillet sur une nouvelle directive Copyright. Si elle est approuvée, elle risque de menacer l’Internet ouvert et Wikipédia. L’internaute est alors invité à agir en se tournant vers ses représentants élus.

Le bandeau sur la version anglaise du projet.

Pas une première

Il est extrêmement rare que Wikipédia fermer provisoirement ses portes pour alerter sur les effets redoutés d’une future loi. En 2012, on se souvient la version anglophone du site avait fermé ses portes pendant 24 heures, à partir du 18 janvier, pour marquer sa très nette désapprobation vis-à-vis de textes de loi américains, les projets SOPA (Stop Online Piracy Act) et PIPA (Protect IP Act) contre le piratage.

Un an auparavant, la version italienne — déjà — avait également provoqué un blackout de son service pour protester contre un texte de loi italien imposant aux sites web la publication sous 48 heures d’un rectificatif pouvant concerner n’importe quel contenu, sur simple demande d’un plaignant. Les articles ont alors été inaccessibles entre le 4 et 6 octobre 2011.

Parlement européen europe
CC BY-SA Diliff

Vote décisif le 5 juillet

Le 5 juillet, deux issues seront possibles lors du vote en séance plénière : les députés pourront approuver ce qui a été négocié jusque-là et la directive Copyright pourra poursuivre son parcours législatif. Si les étapes intermédiaires sont validées, un vote final est attendu pour la fin d’année ou début 2019. Si les élus votent contre, il sera possible de modifier les aspects litigieux de la directive.

Trois articles sont tout particulièrement controversés : l’article 11, qui vise à créer un droit voisin pour les éditeurs de presse sur les liens, l’article 13, qui introduit un principe de filtrage a priori et l’article, moins médiatisé, qui vise l’exploration de textes et de données. L’encyclopédie Wikipédia, par la nature coopérative du projet, craint de souffrir des effets de la directive Copyright.

À lire sur Numerama : Pourquoi la directive européenne sur le droit d’auteur alarme tant  ?

Partager sur les réseaux sociaux