La justice ouvre une information judiciaire sur la vente de matériel de surveillance à l’Égypte. Cet été, une enquête a révélé que la société Amesys, depuis renommée en Nexa Technologies, vendait ses outils de surveillance électronique au Caire.

La pression vient de monter d’un cran contre l’entreprise Nexa Technologies, connue autrefois sous le nom d’Amesys. La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme annonce vendredi 22 décembre l’ouverture d’une information judiciaire au sujet des activités égyptiennes de l’entreprise française.

Il s’agit, pour le parquet de Paris, et plus précisément pour son Pôle en charge des crimes contre l’humanité, de mettre au clair les activités commerciales d’Amesys en Égypte. En effet, la société est accusée d’avoir vendu du matériel de surveillance au Caire, alors que le pouvoir en place verse dans l’autoritarisme.

« Depuis l’accession au pouvoir d’al-Sssi par un coup d’État en juillet 2013, de graves actes de torture, disparition forcées, détentions arbitraires et exécutions arbitraires ont été rapportés. Des centaines de personnes ont été condamnées à mort, alors que des dizaines de milliers d’autres étaient arrêtées au nom de la lutte antiterroriste », avaient rappelé cet été la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme et la Ligue des droits de l’homme.

Révélations en juillet 2017

Le business de Nexa Technologies en Égypte a été mis en lumière en juillet 2017 à la suite d’une enquête d’Olivier Tesquet, journaliste à Télérama. Elle a notamment révélé que la très sulfureuse société n’a pas cessé de vendre ses outils de surveillance électronique malgré le scandale libyen. Elle a aussi montré que le dossier Amesys en Égypte n’a pas été soumis à des vérifications de la part des autorités françaises.

Rappelons qu’Amesys fait l’objet d’une enquête judiciaire en France pour complicité d’actes de torture pour ses activités commerciales en Libye. Celles-ci avaient été révélées il y a plus de six ans maintenant par les médias, dans le sillage de la guerre en Libye menée tambour battant par la France et le Royaume-Uni pour neutraliser le régime de Kadhafi, qui était alors accusé de massacrer son peuple.

Partager sur les réseaux sociaux