En Autriche, la branche locale de l'IFPI a contacté les principaux opérateurs pour leur demander de bloquer plusieurs sites de liens BitTorrent, dont The Pirate Bay et isoHunt, accusés d'être des plaques tournantes du piratage.

Au cours de l'histoire récente, la fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI) et ses structures locales ont souvent été à la manoeuvre pour tenter d'obtenir le blocage de plusieurs sites web considérés comme de véritables plaques tournantes du piratage. Des actions en justice menées en Norvège, au Danemark ou en Finlande, avec des résultats variés.

Aussi n'est-il pas vraiment surprenant de voir une section locale de l'IFPI se démener pour obtenir le blocage de plusieurs sites spécialisés dans les liens BitTorrent. Celle-ci demande en effet aux principaux fournisseurs d'accès à Internet en Autriche de prendre les mesures qui s'imposent pour empêcher les internautes autrichiens d'accéder à ThePirateBay,se, isoHunt.to, 1337x.to et H33t.to.

La demande, adressée aux cinq plus gros opérateurs du pays, est également accompagnée d'un ultimatum : ces derniers ont deux semaines pour s'exécuter, sinon la prochaine étape de l'affaire pourrait bien se dérouler devant les tribunaux. Et pour appuyer ses dires, la branche autrichienne de l'IFPI rappelle que certains de ces sites sont bloqués dans certains pays européens.

Outre le blocage des sites par les opérateurs, l'autre idée de la fédération internationale de l'industrie phonographique implique la participation de Google. En effet, l'IFPI sait pertinemment que l'entreprise dispose du moteur de recherche le plus utilisé au monde. Aussi a-t-elle, selon l'organisme syndical, des devoirs particuliers dans la lutte contre le piratage.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !