Désormais, la publicité ne sera plus bloquée par défaut sur les Freebox Révolution. L'option existe toujours, mais l'abonné doit faire la démarche de l'activer.

Free change de méthode, et c'est heureux. Alors qu'il avait imposé un blocage par défaut de la publicité sur les appareils reliés à la Freebox Révolution, sans même en informer ses abonnés, Free est finalement revenu à une façon de faire beaucoup moins critiquable. Au moment où il ajoute le filtrage de la publicité sur Free Mobile, l'opérateur a déployé la mise à jour Freebox Server 1.1.9.1 qui corrige certains bugs mais a surtout pour effet de modifier l'implémentation du bloqueur de publicités.

Faisant lui-même référence à un sujet ouvert sur son bugtracker (#11567) qui lui reprochait le fait que "l'activation du filtre antipub par défaut sur le serveur est une grave entorse à la neutralité du net", et que "Free a clairement dépassé les bornes", l'opérateur a désactivé l'option pour tous les abonnés. "Bug corrigé", indiquent simplement les équipes de Free.

L'option est toujours présente, même si elle reste inopérante, mais l'abonné doit faire la démarche l'activer. Cependant comme le remarque Lu Stucru sur Google+ :

Donc avec le firmware 1.1.9.1 sur la Freebox, le blocage des pubs est désactivé par défaut. Mais quand tu te connectes sur l'interface de gestion, la première page à s'afficher est celle où tu peux l'activer, pas la page d'accueil habituelle de la Freebox (état de la connexion internet). « On désactive par défaut mais on montre clairement aux gens comment le remettre en place », le tout sans donner la liste de ce qui sera bloqué.

C'est désormais le seul reproche que l'on peut faire à Free. Contrairement à AdBlock Plus, l'utilisateur n'a aucune information sur la façon dont fonctionne le filtrage, et sur les régies ou sites internet qui sont visés. Aux dernières nouvelles, seules les publicités AdSense de Google étaient impactées par le blocage opéré par Free ; mais il s'agit là d'une discrimination injustifiable. Si les publicités sont bloquées, toutes doivent l'être. Y compris celles affichées sur Numerama (qui n'utilise que très peu AdSense), ou sur les sites du groupe Le Monde (propriété de Xavier Niel). 

Faire croire à l'utilisateur qu'il demande le blocage de "la publicité" alors qu'il bloque uniquement "la publicité Google" serait une forme d'abus de confiance qui viserait à exploiter la naïveté d'une armée d'abonnés au profit d'un chantage commercial. 

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.