La ministre du commerce extérieur Nicole Bricq a dévoilé lundi les priorités d'action du gouvernement en matière d'exportations, avec une stratégie qui vise à "coupler l'offre commerciale française avec les demandes des pays". Le ministère a identifié quatre démarches marketing prioritaires (.pdf) à horizon 2022, dont une qui a directement trait aux technologies de l'information et de la communication (TIC).

L'Etat veut en effet proposer sur le marché international un panel de solutions pour "mieux communiquer", avec un soutien à l'exportation des logiciels, systèmes numériques embarqués, composants et produits électroniques "à haute valeur ajoutée", services de sécurité, et e-services. Il a identifié une liste de pays porteurs pour ces marchés, composée par la Chine, les Etats-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne, le Royaume Uni, le Mexique, le Brésil, le Japon, la Russie, l'Inde, et le Qatar.

Concrètement, ce classement prioritaire implique que les entreprises concernées auront plus facilement accès à la Banque publique d'investissement, pourront recourir à 25 % supplémentaires de Volontaires internationaux en entreprise (VIE) qui permettent aux entreprises d'envoyer des jeunes de moins de 29 ans en mission commerciale à l'étranger avec une série d'avantages logistiques et financiers, ou pourront accompagner la ministre du commerce extérieur lors de ses déplacements. Par ailleurs les entreprises pourront bénéficier d'une série d'initiatives mises en place par UBIFRANCE (l'agence d'aide au développement international des entreprises) ou par l'Agence française pour les investissements internationaux.

D'ici 2017, le gouvernement se fixe comme objectif d'augmenter de 7 % ses parts de marché dans les secteurs identifiés comme prioritaires. 

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.