La Sacem et YouTube ont signé un accord permettant à la plateforme d’exploiter les oeuvres issues du catalogue de la société de gestion, en échange d’une rémunération des auteurs, compositeurs et éditeurs.

Qu’est-ce qu’une offre légale ? La question est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Selon le site officiel de l’Hadopi, qui n’a pas encore ouvert ses portes mais que nous avons pu consulter par diverses fuites, « l’offre légale est une offre respectueuse des droits de propriété intellectuelle« . « Notamment, cette offre a pris en compte la rémunération des ayants droit c’est-à-dire des producteurs, des auteurs, des interprètes, et de toute la filière« , précise le site de la Haute Autorité. Mais de son côté, la Société Civile des Producteurs Phonographiques (SCPP) avait prévenu qu’ « en cette matière les choses sont rarement aussi limpides qu’on le souhaiterait« .

Illustration encore aujourd’hui, avec l’accord intervenu jeudi entre la Sacem et YouTube. « Ce contrat couvre la diffusion en France sur la plateforme vidéo en ligne du répertoire musical mondial, et notamment les répertoires anglo-américains des éditeurs multinationaux, ainsi que des autres œuvres gérées par la SACEM, depuis le lancement de YouTube jusqu’à fin 2012« , explique le communiqué commun.

Le contrat, dont les termes financiers n’ont pas été dévoilés, est donc rétroactif et met fin au risque d’une action civile voire pénale de la société de gestion contre la filiale de Google. Jusqu’à présent, les vidéos exploitant le catalogue de la Sacem n’étaient pas diffusées en toute légalité sur YouTube, mais la situation était tolérée par l’ouverture des négociations.

« Grâce à cet accord, les auteurs, les auteurs-réalisateurs, les humoristes, les compositeurs et les éditeurs de musique dont le répertoire est géré par la SACEM vont être rémunérés pour la diffusion de leurs œuvres sur YouTube« , rassurent les deux partenaires.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !