Amazon France prévoit de fermer temporairement ses centres de distribution le temps de conduire une évaluation sur les risques sanitaires pour son personnel. Cet arrêt devrait durer une semaine.

Mis au pied du mur dans un jugement lui ordonnant de ne livrer que des marchandises essentielles pour une durée d’un mois, c’est-à-dire des produits de première nécessité liés à l’alimentation, l’hygiène et la santé, Amazon commence à réagir. Mais alors qu’il lui était demandé de ne plus satisfaire provisoirement les commandes d’autres biens, le géant du e-commerce semble décidé à tout arrêter.

C’est ce que suggère un courrier interne qui a été adressé aux syndicats, que Capital a pu consulter. Amazon se dit « contraint de suspendre toute activité de production dans l’ensemble de ses centres de distribution », le temps que soit menée l’évaluation des risques qu’encoure potentiellement son personnel vis-à-vis du coronavirus (Covid-19) — évaluation qui a été ordonnée par la justice.

Dans une réaction envoyée à la presse en fin de journée, le 15 avril, Amazon confirme cette suspension : « à la suite du jugement rendu par le tribunal judiciaire de Nanterre mardi 14 avril, nous devons suspendre temporairement les activités dans nos centres de distribution en France ». Le groupe ne confirme pas la durée évoquée dans le courrier, mais indique son intention de faire appel du jugement.

Amazon Centre logistique entrepôt rayon
À l’intérieur du centre logisitique de Chalon. // Source : Amazon

Une interruption d’une semaine

À la presse, Amazon France avait déjà confié que, selon son interprétation, cette décision de justice va le conduire à suspendre l’activité de ses centres de distribution, suggérant donc qu’il lui est impossible de faire le tri entre ce qui relève des marchandises essentielles du reste. Dès lors, faute de distinction dans les achats, il lui faut tout fermer pour échapper aux sanctions.

La suspension des activités dans les entrepôts d’Amazon France est annoncée comme temporaire : elle serait d’une petite semaine, à compter du 16 avril jusqu’au 20 avril, inclus. Cinq jours, donc. Néanmoins, Amazon France évoque une « durée initiale », ce qui laisse la possibilité de prolonger cette interruption si l’évaluation des risques et la mise en place de nouvelles protections sanitaires prennent davantage de temps.

En tout état de cause, les commandes passées avant le 16 avril devraient être honorées, mais pas celles survenant entre le 16 et le 20 avril. Selon toute vraisemblance, le site sera toujours accessible au cours de cette période et les achats pourront encore avoir lieu. Il est possible qu’Amazon avertisse ses clients d’un retard de livraison du fait de ses nouvelles obligations juridiques.

(mise à jour avec la réaction officielle d’Amazon France)

Partager sur les réseaux sociaux