Ça bouge à la tête de Qwant : Éric Léandri doit être écarté de son poste de président au cours du mois de janvier, remplacé par Jean-Claude Ghinozzi. Une réorganisation interne requise par les actionnaires, après des mois de difficultés et des articles de presse peu flatteurs pour le moteur de recherche.

Près de dix ans après avoir fondé Qwant, Éric Léandri va être mis sur la touche. Il sera remplacé à la tête du moteur de recherche français par Jean-Claude Ghinozzi, en charge des activités marketing et commerciales et ex-cadre de Microsoft, rapporte Le Monde. Ce sont les deux principaux actionnaires de la société, la Caisse des dépôts et consignations et l’éditeur allemand Alex Springer, qui sont à l’origine de ce remaniement.

La passation de pouvoirs entre les deux hommes doit en principe survenir le 15 janvier, fait savoir Libération. Néanmoins, la nouvelle a d’ores et déjà été annoncée aux équipes ce 9 janvier. Ce n’est d’ailleurs pas la seule réorganisation : Tristan Nitot, qui avait été nommé au poste de directeur général, va retourner à sa précédente fonction de vice-président en charge de la promotion du groupe.

Eric Léandri
Éric Léandri. // Source : Qwant

Dans cette nouvelle structure, Éric Léandri demeure actionnaire de Qwant, mais n’aura plus de fonction opérationnelle. À la place, il dirigera un comité consultatif — comité stratégique et scientifique, siégeant au Conseil de surveillance, selon Le Monde — qui aura pour tâche de fixer les grandes orientations de la société. Et si ce poste ne lui permet pas de porter sa voix, il pourra toujours le faire via ses droits d’actionnaire.

Un moteur de recherche remis en cause

Le départ d’Éric Léandri des principaux postes de pouvoir de l’entreprise est en fin de compte la conséquence logique d’une série d’articles parus au cours de l’année passée ayant jeté une ombre sur le fonctionnement interne du groupe. La Lettre A pointait ainsi des salaires excessifs chez certains hauts dirigeants, Le Canard Enchaîné soulignait le malaise de salariés, tandis que Mediapart alertait sur le caractère volcanique, voire tempétueux, de l’ex-président de Qwant.

Tous ces articles sont arrivés à un moment critique pour Qwant, car une levée de fonds était en cours pour faire rentrer du cash dans un groupe, expliquait Challenges fin 2019. Ce nouveau coup de pouce financier était toutefois assorti d’une exigence des actionnaires : la mise en place d’une nouvelle direction pour superviser la transformation du groupe. Le jeu des chaises musicales en cours devrait débloquer la situation.

Il y a un mois, Éric Léandri, lors d’une séance de questions / réponses sur Reddit avec des internautes, s’était plaint des «  incroyables tentatives de déstabilisation » dont Qwant ferait l’objet. Selon lui, il s’agirait « d’actions organisées », véhiculées notamment par « une série d’articles à charge avec un certain nombre de fuites orientées ». L’intéressé indiquait avoir riposté à plusieurs reprises sur le plan judiciaire.

L’investissement auquel devraient consentir les deux principaux actionnaires serait de 10 millions d’euros. Cela devrait permettre au moteur de recherche de se remettre en selle, car, indiquait Le Figaro l’été dernier, les pertes n’ont pas cessé d’être creusées depuis trois ans. 4,7 millions d’euros en 2016, 10 millions en 2017 et 11,2 millions en 2018. Sa capacité à générer du cash reste à prouver.

Dans cette tourmente, Qwant, qui se pose depuis longtemps comme un rival de Google, y compris sur le plan philosophique, a néanmoins reçu une bonne nouvelle. Selon une note consultée par Libération, Qwant va devenir le moteur de recherche par défaut de toutes les administrations françaises, ce qui représente des millions de postes. De quoi lui permettre d’augmenter sa part de marché, même si c’est de façon artificielle.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo