La DGCCRF a décidé de sanctionner lourdement SFR avec une amende de 3,7 millions d’euros. La faute de l'opérateur ? Avoir enfreint à plusieurs reprises les délais de paiement légaux.

SFR va payer le prix fort pour ses errements en matière de paiement. Lundi 18 novembre, la Direction générale de concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a décidé de sanctionner l’opérateur pour « rétention de trésorerie illicite ». En clair, ce sont les retards de paiement à répétition qui sont aujourd’hui sanctionnés, pour des faits qui se sont produits au second semestre 2017.

Dans le détail, près d’un tiers des factures était réglé en retard (cela représente toutefois environ 13 000 factures), avec un délai moyen de presque un mois (28 jours). Le contrôle de la DGCCRF a mis en évidence que la rétention de trésorerie s’élevait à 72 millions d’euros, ajoutant dans son communiqué que presque 30 % (470 millions d’euros) étaient réglés en retard.

SFR Box 8 // Source : FrAndroid

Une sanction spectaculaire

Ces manquements sont sanctionnés à hauteur de 3,7 millions d’euros. C’est une amende très élevée dans ce type de dossier, mais la DGCCRF fait observer que de l’ampleur des retards de paiement, conjuguée au fait que SFR avait déjà été sanctionné en 2015 pour des faits similaires, justifient de retenir une amende d’un niveau proche du plafond (4 millions d’euros).

La DGCCRF rappelle que le paiement en temps et en heure un impératif que les sociétés doivent s’astreindre à respecter le plus possible. Tout retard est « une source de risques pour l’ensemble de l’économie » et tout particulièrement pour les entreprises qui traitent avec SFR. Cela provoque notamment « un risque de contagion des difficultés de trésorerie entre entreprises ».

SFR pour sa part explique que la situation sanctionnée par la DGCCRF trouve son origine dans d’importants bouleversements au sein de l’entreprise, avec un plan de départs volontaires et une réorganisation de l’entreprise, qui a touché notamment sa direction financière. L’opérateur affirme que la situation est depuis réglée… et invite l’État à lui aussi se mettre en ordre et à honorer les paiements qu’il lui doit.

(mise à jour avec la réaction de SFR)

Partager sur les réseaux sociaux