Le CNC annonce la mise en place d'une nouvelle aide, destinée aux auteurs de l'industrie vidéoludique. Elle vient en complément d'autres dispositifs de financement déjà en place.

Cela fait un petit moment que le CNC ne s’occupe plus que de cinéma. Depuis quelques années, l’établissement piloté par Frédérique Bredin a mis un pied dans le monde du jeu vidéo en proposant une aide financière à la production d’un titre, via un crédit d’impôt, et gère avec le ministère de l’Économie et des Finances le fonds d’aide au jeu vidéo. Fonds que préside la chanteuse Juliette depuis 2016.

A Plague Tale : Innocence // Source : Focus Home Interactive

10 000 euros par projet en moyenne

De toute évidence, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) est ravi de son implication dans le « dixième art » puisqu’il vient d’annoncer début juin une nouvelle aide, centrée cette fois de l’écriture. Complémentaire des dispositifs existants mis en place par le CNC, elle délivrera des financements d’environ 10 000 euros par projet — montant qui pourra être revu à la hausse en fonction de son ampleur.

L’objectif affiché du CNC avec cette aide est d’inciter les auteurs, notamment les « jeunes talents » issus des écoles françaises, à faire preuve « d’originalité » et de « prise de risque artistique » dans la conception d’un jeu vidéo. L’institut ajoute que ce financement « permettra d’accompagner l’élaboration d’une bible de conception présentant toutes les caractéristiques du jeu à venir ».

L’originalité et la prise de risque artistique sont très attendues

Mis en place en 2003, le fonds d’aide au jeu vidéo dépend du CNC. Selon un rapport du Sénat publié le 22 novembre 2018, 37 projets ont été soutenus en 2017 pour un montant de 2,9 millions d’euros. D’abord limité aux projets de création en pré-production (dépenses de fabrication d’un prototype), le fonds s’est étendu par la suite à la phase de production en 2010 (aide à la création de propriété intellectuelle).

Le soutien lors de la phase de pré-production permet en particulier aux créateurs de se doter des outils technologiques leur faisant défaut pour continuer le développement, ou en consolidant leurs effectifs. Le fonds est aussi susceptible de financer des opérations de communication sur la profession de l’industrie vidéoludique (journées professionnelles, festivals…).

À lire sur Numerama : Quelles solutions s’offrent aux studios pour financer leurs jeux vidéo  ?

Partager sur les réseaux sociaux