Le projet Uber Elevate atterrit à Paris. L'entreprise américaine Uber annonce en effet l'ouverture d'un centre de technologies avancées en France pour plancher sur la voiture volante. 20 millions d'euros sur cinq ans seront investis.

En se rendant au sommet Tech for Good organisé par Emmanuel Macron à l’Élysée, le PDG d’Uber ne s’est pas contenté d’annoncer un renforcement de la protection pour ses chauffeurs, en partenariat avec l’assureur Axa. Dara Khosrowshahi a aussi évoqué l’ouverture à Paris d’un centre de technologies avancées (ATCP) consacré à la voiture volante, dans le cadre de son projet Uber Elevate.

Uber Elevate est le nom d’un programme dont l’entreprise s’occupe depuis quelques années. Il s’agit de concevoir des aéronefs qui offriraient le même service que ce qui est déjà réalisé sur le plancher des vaches, via son application de mise en contact entre des passagers et des conducteurs de voiture. Sauf qu’ici, les aéronefs — au look d’hélicoptères futuristes — n’auront pas besoin de pilote à bord.

20 millions d’euros sur 5 ans

Ce centre, dont l’ouverture est planifiée pour cet automne, bénéficiera d’un investissement à hauteur de 20 millions d’euros sur cinq ans de la part d’Uber. Dans un premier temps, il est prévu que le centre planche sur l’intelligence artificielle et les systèmes de gestion de l’espace aérien (un domaine qui intéresse aussi la Nasa, celle-ci étant d’ailleurs partenaire d’Uber en la matière).

Uber précise que ce centre de recherche et développement à Paris — le premier à être lancé en dehors de l’Amérique du Nord — ne se contentera pas de travailler sur son projet de voiture volante. Le centre sera aussi amené à travailler sur des domaines plus transverses, comme l’autonomie, les réseaux de communication en temps réel, le stockage d’énergie et les systèmes de recharge.

Du côté du recrutement, le centre ATCP va rechercher des profils spécialisés dans l’ingénierie, la vision par ordinateur et l’apprentissage automatique. Uber n’a pas précisé l’effectif qu’il compte avoir à Paris, mais l’on peut tabler sur un centre qui comptera quelques dizaines de salariés d’ici les cinq prochaines années, selon les ambitions qu’aura Uber pour la capitale française.

Partager sur les réseaux sociaux