Netflix prend très au sérieux la communication « dans la vraie vie » et cela même si son activité principale se déploie dans l'environnement numérique. Le groupe américain est prêt à débourser 300 millions de dollars pour acquérir une entreprise de panneaux publicitaires.

Avant de devenir le géant de la vidéo à la demande par abonnement que l’on connaît aujourd’hui, il fut un temps où Netflix était une entreprise qui proposait des produits physiques : la société américaine était en effet… un service de location de DVD par envoi postal ! C’est en 2007 que le groupe décide de prendre le virage du numérique et de dématérialiser les contenus culturels qu’il commercialisait.

Désormais, Netflix est une boîte qui s’est entièrement tournée vers la dématérialisation (même si, pour faire fonctionner sa plateforme de SVOD, elle a bien entendu besoin de serveurs bien réels — et en nombre). Finies, les bonnes vieilles galettes optiques : la vidéo chez Netflix se consomme avec une connexion Internet — bonne, de préférence — et un forfait mensuel.

300 millions de dollars

Mais si Netflix a depuis longtemps sauté à pieds joints dans le numérique, l’entreprise n’a pas pour autant complètement coupé les ponts avec l’ancien monde. Selon le site Deadline, citant une source de Reuters, une offre à 300 millions de dollars a été faite pour acquérir Regency Outdoor Advertising, une société spécialisée dans… l’affichage sur des panneaux publicitaires dans les environs de Los Angeles.

En clair, Netflix n’entend pas abandonner la communication « dans la vraie vie » même si son activité se déploie dans l’environnement numérique. Et le choix d’acquérir Regency Outdoor Advertising a du sens, dans la mesure où le géant de la SVOD a déjà fait appel à ses services pour afficher de la publicité pour certaines de ses séries originales, comme The Crown et Stranger Things.

Stranger Things 2 / Netflix

Communiquer pour trouver des abonnés

L’investissement important que pourrait consentir Netflix dans la publicité à l’ancienne s’inscrit dans un contexte de plus grande concurrence pour l’entreprise de vidéo à la demande par abonnement. Des sociétés comme Disney, HBO, Hulu, Amazon ou bien Facebook se déploient dans la vidéo, à grand renfort de contenus exclusifs et de programmes originaux.

En la matière, Netflix bénéficie d’une bonne longueur d’avance sur ses rivaux et met de très gros moyens pour la production de contenus (en 2017, la plateforme avait prévu d’investir entre 6 et 7 milliards de dollars dans la création de contenu. Pour cette année, il est prévu de faire un effort supplémentaire dans les dépenses, avec 7 et 8 milliards de dollars dans l’audiovisuel), malgré une dette immense.

Mais la production de séries et de films ne fait pas tout. Il faut aussi les promouvoir.

Partager sur les réseaux sociaux