Facebook finance à hauteur de 2,5 millions d'euros un programme en trois mois, destiné aux médias locaux américains qui souhaitent augmenter leur nombre d'abonnés numériques.

Facebook poursuit ses efforts pour donner plus d’importance aux informations locales en lançant un programme pilote destiné aux médias de proximité. Financé à hauteur de 3 millions de dollars (soit environ 2,5 millions d’euros), cet « accélérateur pour les abonnements aux informations locales » (« Local News Subscriptions Accelerator ») s’étendra sur trois mois et concerne 10 à 15 médias américains.

Augmenter les abonnés numériques

Le but : aider les médias locaux qui participent à ce programme à augmenter leur nombre d’abonnés numériques. « Les éditeurs de médias locaux nous disent que les abonnés numériques sont essentiels pour une durabilité à long terme de leur entreprise. Nous savons que Facebook fait partie de leur stratégie pour intéresser les lecteurs et à terme les conduire vers un abonnement payant », écrit Campbell Brown, directeur des partenariats média, dans un article de blog publié le 27 février 2018.

Tim Griggs, un ancien dirigeant du New York Times, spécialiste de l’édition numérique, sera aux commandes du programme. Des médias de proximité reconnus, comme The Boston Globe, The Chigaco Tribune ou The San Francisco Chronicle participent à cet « accélérateur ». Leurs dirigeants se réuniront une fois par mois, à trois reprises, avec « des experts des abonnements numériques » pour recevoir des conseils. Ils bénéficieront aussi de formations hebdomadaires sur le marketing des abonnements numériques. Chaque média concevra son propre plan stratégique, épaulé par des experts.

Le lancement de ce programme est de toute évidence lié à la stratégie pour 2018 de Facebook, qui entend faciliter l’accès aux informations pertinentes en fonction du lieu de vie de ses utilisateurs.

« Information locale de qualité »

« Cette initiative fait partie de nos efforts pour fournir des outils et des formations aux rédactions et aux journalistes, et pour nous assurer que notre plateforme connecte les gens à l’information locale de qualité, en laquelle ils ont confiance et qui est la plus importante pour eux », écrit en effet Campbell Brown dans le communiqué.

Facebook annonce par ailleurs de futurs investissements dans d’autres organisations et programmes pour « renforcer et faire avancer l’avenir du journalisme ».

Plusieurs grands titres américains d’envergure nationale ont vu leur nombre d’abonnés bondir après l’élection de Donald Trump : le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal comptent désormais tous plus d’un million d’abonnés en ligne.

Mais les titres de presse de plus petite envergure, très nombreux aux États-Unis, n’ont pas bénéficié de cet « effet Trump » et peinent encore à obtenir un nombre d’abonnés suffisant pour compenser la baisse des ventes sur papier. Il n’est donc pas surprenant que plusieurs médias aient été séduits par l’initiative de Facebook. Toutefois, cela risque aussi renforcer la dépendance des médias au réseau social, ce dont beaucoup ont pris conscience après que la modification controversée de son algorithme.

Facebook n’est d’ailleurs pas le seul géant du web à s’intéresser à la survie de la presse : en octobre 2017, Google annonçait son intention de développer de nouveaux outils pour aider la presse payante à se financer.

Partager sur les réseaux sociaux