Groove Music est le dernier en date d'une longue liste de produits et services abandonnés par Microsoft sous la direction de Nadella. Jusqu'où ira l'appétit du patron pour une rentabilité immédiate ?

En choisissant Satya Nadella comme CEO, et non Stephen Elop, l’ancien patron de Nokia, Microsoft a également fait le choix d’un avenir tourné vers son savoir-faire premier : le monde de l’entreprise et le cloud.

Résultat, l’arrivée de Nadella à la tête du groupe en 2014, le nouveau patron s’affaire à réduire à néant toute ambition de l’entreprise sur le marché grand public. Windows Phone ? Mort. Le bracelet connecté Microsoft Band ? Mort. Les applications MSN (santé et sport, cuisine et vin, voyage, etc.) ? Mortes. Groove Music ? Mort, dernier en date sur la liste funèbre : le géant renvoie ses abonnés vers Spotify. La liste des services ou produits visant le grand public et tués dans l’œuf par Microsoft au cours des dernières années n’en finit plus.

Bien sûr, aucun de ces services n’était populaire ou rentable, une très bonne raison de s’en séparer pour une entreprise qui doit chercher à maximiser ses profits. Groove Musique par exemple, ne se différenciait pas vraiment d’un Google Play Musique et sans Windows Phone (où le service de Google n’était pas disponible), le service n’avait plus lieu d’être.

Les derniers succès de Microsoft se trouvent du côté de l’entreprise avec Azure, le service de cloud, mais aussi Office 365. Le groupe investit énormément dans le secteur — on le voit avec Microsoft Teams qui doit stopper la croissance de Slack, ou avec le rachat de LinkedIn, tout récemment.

Pour avoir une raison d’être, un service de Microsoft doit aujourd’hui être rentable et s’adresser au marché de l’entreprise

Quel sera le prochain service à disparaître ?

Impossible aujourd’hui de conseiller à quiconque d’investir dans un produit ou un service Microsoft destiné au grand public. Pour avoir une raison d’être, un service de Microsoft doit aujourd’hui être rentable et s’adresser au marché de l’entreprise.

Si un service ne correspond pas à ces critères, mieux vaut ne pas lui imaginer un grand avenir. Microsoft Edge ? À quoi bon garder un navigateur dont le nombre d’utilisateurs est en chute libre ? Le Windows Store ? À quoi sert-il à part accumuler des fakes ? D’ailleurs, n’achetez surtout pas de livres, de films ou de séries TV sur cette boutique : vous ne savez pas quand ces branches seront fermées, mais il est à peu près sûr qu’elles le seront.

De leur côté, les fans de la Xbox peuvent, pour l’instant, être rassurés. La division est pour le moment plutôt populaire et Phil Spencer, à sa tête, est récemment devenu vice-président du groupe. Il n’empêche que le succès de la Xbox One X conditionnera à n’en pas douter l’avenir de la console dans les cartons de Microsoft.

Concernant Bing, le bilan est plus contrasté, mais le moteur de recherche a une bonne part du marché aux États unis — il reste le marché préféré de Microsoft. Les données du moteur servent également de source pour Cortana, qui est la tête de proue des ambitions de Microsoft en intelligence artificielle, une marotte de Satya Nadella.

Enfin, méfiez-vous des nouveaux services de Microsoft comme le lancement de Remix 3D, une bibliothèque de création 3D nourrie par les utilisateurs de Paint 3D. Ce genre de service sans utilité pour les professionnels ou les entreprises devrait mourir assez rapidement.

Dans ces conditions, il est difficile, aujourd’hui, d’imaginer une stratégie du côté de Microsoft qui tenterait de nouveau de conquérir ces terrains désormais abandonnés.

Partager sur les réseaux sociaux