Quelque semaines après la Chine, la Corée du Sud a annoncé qu'elle allait interdire la pratique de l'Initial Coin Offering (ICO), qui consiste à lever des fonds grâce à de la crypto monnaie. Le pays s'inquiète en effet des potentielles arnaques favorisées par cet outil de plus en plus prisé.

Dans la foulée de la Chine, la Corée du Sud a décidé à son tour de réguler partiellement les crypto monnaies. L’autorité de régulation financière (FSC) du pays a annoncé, ce vendredi 29 septembre, qu’elle allait interdire l’ICO (Initial Coin Offering), une méthode de plus en plus prisée des startups.

Celle-ci consiste à acheter, grâce à  de la cryptomonnaie — comme le bitcoin ou l’éther — des actifs numériques. Ils peuvent ensuite être revendus ou utilisés dans le cadre du projet financé par la levée de fonds initiale.

La Corée du Sud entend donc interdire les levées de fonds, quelle que soit la forme de crypto monnaie utilisée, afin d’éviter qu’elles favorisent de potentielles arnaques. « Lever des fonds grâce à une ICO semble être une tendance à la hausse dans le monde, et nous estimons qu’elle l’est aussi en Corée du Sud » souligne le FSC.

La bulle de l’ICO, source d’inquiétude

L’autorité de régulation financière promet des «  sanctions sévères » contre ceux qui passeront outre cette interdiction. Elle précise en outre que cette décision n’augure en rien d’une reconnaissance officielle de l’utilisation de crypto monnaie — alors que la Corée du Nord est soupçonnée de recourir aux bitcoins pour pallier les sanctions économiques internationales.

Vitalik Buterin, le fondateur de l’Ethereum, reconnaissait lui-même récemment l’existence d’une bulle de l’ICO et ses risques d’éclatement : «  Beaucoup de projets lèvent plus d’argent qu’ils ne le feraient sur le marché normal de la monnaie virtuelle, et il n’y a parfois pas d’équivalence entre l’utilité du projet et sa capacité à lever des fonds. En plus, le marché est encore jeune et les gens ne savent pas encore comment faire la différence entre les projets qui existeront sur le long terme et ceux qui n’y parviendront pas. »

À lire sur Numerama : Bitcoin, Ethereum, LiteCoin…  : comment fonctionnent les crypto monnaies  ?

Partager sur les réseaux sociaux