Mastodon.social ressemble tant à Twitter que l'on pourrait se croire en train de naviguer sur le réseau social au petit oiseau bleu. Pourtant, des éléments de taille séparent ce nouveau réseau de son concurrent : il est totalement libre, open source et décentralisé.

« L’avenir des réseaux sociaux doit être une fédération » C’est ainsi qu’un certain Eugen Rochko a répondu, sur Medium, à la lettre ouverte de Mark Zuckerberg, dans laquelle le créateur de Facebook ambitionnait de « créer une communauté mondiale qui fonctionne pour tout le monde  ».

« Facebook ne peut tout simplement pas donner à quiconque le pouvoir de faire quoi que ce soit, car ce pouvoir résidera toujours, en fin de compte, dans Facebook lui-même, qui contrôle à la fois le logiciel, les serveurs et les politiques de modération. (…) Le pouvoir ultime est de donner aux gens la possibilité de créer leurs propres espaces, leurs propres communautés, de modifier le logiciel comme bon leur semble, mais sans sacrifier la capacité des personnes de différentes communautés à interagir les unes avec les autres », poursuit Eugen Rochko sur Medium.

Un genre de Tweetdeck repensé

Ce réseau social libre, open source et se posant en alternative aux autres plateformes, Eugen Rochko a décidé de le créer lui-même. Ainsi, les travaux de ce développeur ont récemment donné naissance à Mastodon.social (vous pouvez trouver les instances à cette adresse), une plateforme aux allures d’un Tweetdeck décentralisé.

Bienvenue sur Mastodon.social

Actif depuis début octobre 2016, ce réseau social recycle la bonne vieille recette du microblogging – limiter la longueur des publications pour les diffuser plus vite, en les réduisant au minimum utile – qui a déjà fait le succès de Twitter (dont les œufs iconiques s’en sont allés). Les fonctions de Mastodon semblent d’ailleurs viser sans s’en cacher les utilisateurs déjà habitués à Twitter.

Pouet pouet

Il est possible d’y accéder via votre navigateur, ou en téléchargeant les applications dédiées pour iOS ou Android. Ensuite, vous pouvez suivre des comptes, être suivi par d’autres comptes – sans qu’il y ait nécessairement réciprocité –, faire des mentions, des hashtags, envoyer des DM, protéger votre compte… Bref, vous connaissez la chanson.

Petite nouveauté : sur Mastodon, on ne tweete pas. On « pouet », et en 500 signes, contre 140 sur le réseau au petit oisillon bleu.

Mastodon Social

Si les trois premières colonnes ne dépayseront pas les utilisateurs de Tweetdeck – composition du pouet, fil d’actualités et notifications –, la quatrième est un peu moins familière. Comme l’explique ici une early adopteuse de Mastodon, cette colonne propose un contenu variable en fonction de l’instance du réseau social sur laquelle vous vous trouvez.

En effet, contrairement à Twitter, Mastodon n’est pas qu’un service, mais aussi un logiciel. Ce qui signifie que toute personne qui télécharge Mastodon peut utiliser le logiciel pour créer sa propre version du réseau, son « instance ». Libre ensuite à lui/elle de la partager avec d’autres internautes. Une manière de décentraliser le service : vous trouverez toutes ces instances de Mastodon ici — nous vous conseillons de vous connecter depuis une autre instance, Mastodon.social étant déjà surchargé.

Déjà plus de 900 000 statuts

Nos premiers pas sur Mastodon

N’importe qui peut donc choisir de participer à l’élaboration de ce réseau social 100 % libre. Même les émoticônes utilisées sur Mastodon sont sous licence libre.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de 31 000 utilisateurs se sont inscrits sur Mastodon. Certains d’entre eux se réjouissent d’ailleurs de pouvoir encore choisir le pseudonyme qu’ils souhaitent (commençant, comme sur Twitter, par un « @ ») en tant qu’utilisateurs de la première heure. Le réseau open source cumule 910 000 pouets publiés, le tout sur presque 300 instances. Vous pouvez suivre l’évolution de ces chiffres ici, et découvrir les conseils d’Eugen Rochko pour bien débuter sur Mastodon par là.

Une alternative viable à Twitter

« Je crois qu’avec Mastodon, j’ai créé un logiciel qui est une alternative réellement viable à Twitter. (…) Il est utilisable par des personnes qui ne maîtrisent pas nécessairement la technique. Je ne sais pas si le travail que j’ai fait est suffisant pour servir l’avenir de l’humanité, mais je pense qu’il s’agit au moins d’un solide pas dans la bonne direction », conclue Eugen Rochko dans sa réponse à Mark Zuckerberg.

Bien entendu, nous avons un compte Mastodon. Vous pouvez soutenir Mastodon sur le Patreon du fondateur.

Partager sur les réseaux sociaux