La mise à jour 1.8 de Vivaldi refont en totalité l'historique de navigation. À la place d'une simple liste de liens consultés, le navigateur met à disposition un tableau de bord complet.

Google Chrome, Mozilla Firefox et Internet Explorer / Edge sont aujourd’hui les trois principaux navigateurs web sur le marché. À cette liste, on ajoute parfois Apple Safari et Opera, même si leurs parts de marché sont nettement plus modestes. Et puis en marge de ces cinq poids lourds de la navigation, on trouve une ribambelle d’autres logiciels plus ou moins confidentiels.

Vivaldi est de ceux-là. Lancé il y a pratiquement un an, le navigateur web a reçu au fil des semaines plusieurs mises à jour qui lui ont permis de compléter ses fonctionnalités depuis sa première version ; il y a par exemple eu l’arrivée des thèmes personnalisables l’été dernier et l’arrivée des changements visuels basés sur l’heure de la journée à la rentrée.

Aujourd’hui, Vivaldi propose une nouvelle mise à jour de son navigateur. Entre les correctifs et les modifications sous le capot, les utilisateurs remarqueront un changement notable avec la version 1.8 : la refonte de l’historique. Au lieu de proposer une bête liste des liens déjà visités avec un moteur de recherche interne pour pouvoir retrouver telle ou telle URL, Vivaldi a conçu tout un panneau de bord.

Un peu comme si vous visualisiez une page Google Analytics, ou une page d’agenda, Vivaldi peut organiser votre historique sous forme de liste ou le présenter sous forme de rapport quotidien, hebdomadaire ou mensuel. Le tout à grand renfort de graphiques et de rubriques (activité de navigation, type de lien, domaines les plus fréquentés, statistiques…).

Quid de la vie privée ?

Présenté ainsi, l’historique de Vivaldi peut être une source d’inquiétude. Si vous ne voulez pas que celui-ci puisse être consulté par un tiers — par exemple dans le cas d’un PC que toute la famille utilise –, vous pouvez toujours effacer tout ou partie de ce qui a été stocké localement par le navigateur web, exactement de la même façon que ce que fait un Firefox ou un Chrome.

Et Vivaldi rappelle que ces informations ne sont pas collectées par ses soins.

« L’ensemble de ces données est strictement privé et situé sur votre ordinateur. Ce qu’il vous est donné à voir est le genre d’informations qui peuvent être pistées par des tiers. Au lieu d’essayer de les monétiser, nous vous les donnons. Avec la possibilité d’analyser cet historique, vous pouvez décider de changer vos habitudes en ligne ou retirer certaines entrées de la liste », écrit le patron de la société Jon von Tetzchner.

Partager sur les réseaux sociaux