Une bouteille de vin qui ne goutte pas ? Les maladroits seront ravis.

Tout peut changer grâce à une rainure de 2 mm

Nous autres Françaises et Français apprenons le geste rapide, discret et efficace pour éviter qu’une bouteille de vin ne coule en même temps que la lecture et l’écriture. Mais dans le reste du monde et lors de nos soirées trop arrosées, il semble que les flacons de verre qui renferment l’ivresse rouge, blanche ou rosée posent un problème physique qui n’a pas été résolu jusqu’à aujourd’hui : les bouteilles de vin gouttent.

Pour résoudre ce problème, Daniel Perlman, biophyisicien à l’université américaine de Brandeis, a utilisé tout son savoir et toutes ses connaissances pour parvenir à l’objet ultime : la bouteille de vin qui ne goutte pas. Pour cela, pendant trois ans, l’homme s’est cultivé en regardant des vidéos au ralenti de bouteilles de vin en train de déverser le fameux breuvage. Perlman en est arrivé à la conclusion que le syndrome de la bouteille qui coule arrive au moment où elle est pleine, ou presque pleine.

Sa solution est enfantine et n’implique pas un changement radical dans la confection des bouteilles : sa bouteille qui ne goutte pas est simplement équipée d’une sorte de bourrelet de 2 mm à l’extrémité qui agit comme un bec verseur et empêche, à 360 degrés, le vin de se faire la malle. « Une goutte de vin qui voudrait couler sur la bouteille est freinée dans sa course par cette rainure : elle ne peut pas la traverser. Au lieu de cela, elle tombe de la bouteille directement dans le verre. »

Avec plus de 100 brevets déposés, Perlman est un inventeur en série. Reste à voir si son idée restera dans les registres ou sera effectivement adoptée par l’industrie, rendant par la même occasion un geste parfaitement obsolète.

Partager sur les réseaux sociaux