Sony a enfin terminé la conception de son Xperia Touch. Ce projecteur tactile est aujourd'hui vraiment abouti : nous avons pu l'essayer au MWC.

Parfois, les concepts arrivent jusqu’à une commercialisation. Le Xperia Touch n’est pas, à proprement parler, une nouveauté. Nous vous en parlions déjà l’année dernière lors de notre visite du Mobile World Congress. Mais cette année, le projecteur tactile sous Android de Sony a fait plusieurs grands pas : non seulement il est utilisable dans sa version finale, mais en plus, il va être commercialisé. Deux informations qui nous ont attiré vers le stand de Sony, toujours parfaitement agencé et dont les lignes épurées parviennent à apaiser l’œil dans un salon où le kitsch côtoie les néons à chaque détour.

De quoi s’agit-il ? Eh bien le concept est assez bien résumé par l’expression projecteur tactile. Le Xperia Touch est un petit boîtier qui va projeter une image sur n’importe quelle surface, du mur à la table. La diagonale projetée dépend de la distance à laquelle vous mettez le projecteur : il peut faire une quinzaine de pouces sur une table et peut aller jusqu’à 80 pouces sur un mur. Mais la principale différence avec un projecteur classique, c’est bien entendu que le Xperia Touch projette une surface… tactile.

Techniquement, l’engin ne va pas transformer votre mur en dalle capacitive. Sony fait de belles choses, mais la magie n’est pas encore dans ses cordes. Au lieu de cela, ce sont des capteurs à l’avant du boîtier qui vont voir où vous posez posez vos doigts en balayant une zone devant eux aussi grande que l’écran. L’appareil peut reconnaître des mouvements de pinch and zoom et toutes les interactions multi-touch possibles et imaginables. La réactivité de l’engin est remarquable : en pratique, on ne perçoit aucune latence entre l’intention, l’action et la réaction de l’écran. Seuls les petits éléments (comme les croix pour fermer les fenêtres ou les onglets) sont un poil difficiles à atteindre, mais cela doit être une question d’habitude.

Le Xperia Touch tourne sous Android ce qui signifie que vous pouvez synchroniser tous vos comptes et personnaliser votre vidéo-projecteur à l’image de votre smartphone. Les usages dépendent vraiment de votre imagination. On peut l’envisager comme un outil de distraction pour les enfants, un écran tactile à amener en présentation chez un client ou un écran projeté dans un coin d’une chambre et qui servira à la fois d’interface multimédia et d’assistant personnel. Le concept nous semblait bancal à première vue, mais après l’avoir utilisé une petite dizaine de minutes, on ne peut que reconnaître qu’il a de véritables arguments.

Malheureusement, son prix est vraiment élevé pour toucher tous les publics : comptez 1 500 € pour une sortie au printemps.

Partager sur les réseaux sociaux