Les fameuses voitures autonomes de Google pourraient ne jamais voir le jour en version commerciale. À la place, Mountain View se concentrerait sur le développement logiciel et des partenariats.

Quand il est question d’autonomie de haut niveau pour les véhicules, Google fait figure de fer de lance de l’industrie. Il y a un an déjà, Astro Teller, directeur du laboratoire Google X, était à Numa pour transmettre les ambitions de Mountain View au sujet des voitures sans conducteur : pour lui, une voiture qui ne serait pas complètement autonome serait inutile voire dangereuse (notamment parce qu’elle pourrait faire perdre conscience au conducteur qu’il reste maître à bord). Mais les voitures rondes de Google que nous avons l’habitude de voir illustrer des articles à ce sujet pourraient ne jamais voir le jour en version commerciale.

En effet, d’après The Information, Google serait en train de revoir ses ambitions à la baisse au sujet de la voiture autonome et se tournerait désormais bien plutôt vers le développement d’un logiciel qui équiperait des voitures de constructeurs tiers — et qui ne serait pas, dans l’immédiat, capable de remplacer entièrement un pilote. C’est peu ou prou la même stratégie que serait en train d’adopter Apple dans l’automobile, mais Google emprunterait également à Tesla et Uber avec une composante « covoiturage » non négligeable : à terme, le géant souhaiterait proposer un service de voitures autonomes à la Uber avec un partenaire.

Pour l’instant, c’est Fiat Chrysler qui est dans les petits papiers de Google et avec qui la société développe un nouveau prototype de véhicule autonome basé sur le minivan Pacifica. Google pourrait multiplier ce genre de partenariats, d’autant que Larry Page serait en train de créer une véritable entité autour de la voiture autonome au sein d’Alphabet, qui sortirait alors du giron de Google X pour devenir une entreprise.

2017-chrysler-pacifica-gallery-exterior-1-jpg-image-1440

Partager sur les réseaux sociaux