Malgré des années de mauvais résultats avec Windows sur le marché du smartphone, et la forte présence de l'éditeur sur Android et iOS, Microsoft ne jette pas l'éponge. La firme veut créer l'appareil mobile ultime.

Au cours d’une interview avec l’Australian Financial Review, relevée par OnMSFT, Satya Nadella, CEO de Microsoft est revenu sur la présence de la firme sur le marché du smartphone.

Il y déclare : « Nous ne voulons pas être motivés par une jalousie pour ce que les autres [Apple et Google, ndlr] ont. La question est : que pouvons-nous apporter au marché ? C’est de cette façon que j’évalue chaque appareil ou chaque technologie, comme l’intelligence artificielle »

L’homme ne perd jamais une occasion de rappeler l’investissement massif de Microsoft dans le domaine de l’intelligence artificielle. Plus important, cette réponse confirme pourquoi Microsoft s’est petit à petit retiré du marché du smartphone cette année. La firme ne produira plus de smartphones classiques en concurrence directe avec les produits d’Apple ou de Google.

que pouvons-nous apporter au marché ?

Plus tard dans l’interview, il clarifie la position de Microsoft : « Nous continuerons d’être présent sur le marché du smartphone, pas comme il est défini par les leaders du marché, mais avec ce que nous pouvons faire de plus unique, l’appareil mobile ultime. »

Ceux qui espéraient un abandon définitif du marché par Microsoft vont donc devoir patienter.

Malgré les suppressions d’emploi dans la division et les mauvais résultats de l’entreprise, Satya Nadella ne semble pas avoir perdu espoir, mais veut changer de méthode : «  C’est pour cela que nous avons arrêté la production de smartphones qui ressemblaient trop à ce que fait la concurrence et que nous avons commencé à faire des choses, même à petite échelle, qui ciblent spécifiquement une certaine clientèle avec certains besoins auquel nous pouvons répondre. »

satya-nadella

Ici, Satya Nadella fait référence à la nouvelle orientation de Microsoft prise au lancement de Windows 10 Mobile. Avec son système d’exploitation mobile, la firme veut maintenant viser le marché des professionnels et des entreprises. Un marché qu’elle connait bien et qu’elle veut déjà séduire avec les produits Surface comme le Surface Studio.

Trois objectifs pour réaliser l’appareil ultime

Pour parvenir à réellement percer sur le marché déjà établi du smartphone, Microsoft va devoir réaliser l’impossible et remplir, au moins, trois objectifs très difficiles.

Premièrement, il faudra que le système d’exploitation de cet appareil soit d’une stabilité à toute épreuve. Les premiers utilisateurs du Lumia 950 sous Windows 10 Mobile avaient découvert un système toujours en développement et rempli de bugs. L’expérience utilisateur du système devra être irréprochable et dans le même temps, devra attirer l’utilisateur par ses fonctions, mais aussi son design.

Nokia-Lumia-520-Black-1

Deuxièmement, le mobile en lui-même devra rompre avec le marché comme Satya Nadella l’indique dans l’interview. On peut faire confiance aux équipes d’ingénieurs de Surface qui chapeautent maintenant le projet sous la direction de Panos Panay, pour créer un appareil aussi différent que la Surface Pro, le Surface Book et le Surface Studio le furent pour leurs marchés respectifs. Il lui faudra donc des caractéristiques techniques de premier ordre, mais aussi un design unique et une ou deux nouvelles idées permettant de le différencier du marché.

Enfin, et c’est probablement la problématique la plus intéressante et la plus difficile à résoudre pour Microsoft, l’appareil devra être compatible avec une large bibliothèque d’application.

La question des applications, encore et toujours

Le contenu du Windows Store a en effet toujours été l’un des points faibles de Windows sur le marché mobile. Les applications les plus populaires sont souvent absentes de la plateforme, ou elles arrivent avec tellement de retard que ce n’est plus important pour être noté. Les éditeurs qui font l’effort d’adapter leurs applications peuvent également à tout moment prendre la décision d’abandonner le support de Windows Mobile, au risque de se retrouver avec une version dépassé.

Nous avons d’ores et déjà plusieurs pistes nous permettant de mieux comprendre ce que Microsoft souhaite réaliser pour combler le manque d’application sur sa plateforme mobile.

windows10 copie

D’abord, la firme va continuer de travailler sur sa plateforme d’application universelle, UWP, qui permet aujourd’hui de créer des applications pour Windows 10, Windows 10 Mobile, Hololens, la réalité virtuelle et la Xbox. Avec le rachat de Xamarin en début d’année, on peut penser que la plateforme permettra à l’avenir de développer des applications pour Android et iOS. En d’autres termes, Microsoft pourrait séduire les développeurs en leur proposant de développer leur application à un endroit, avec un seul langage, et toucher toutes les plateformes.

nuans-neo-continuum

Si cela ne résout pas le problème en utilisation nomade, Microsoft travaille également sur l’émulation des logiciels win32 x86 classique de Windows, comme VLC, Chrome, Winzip ou Photoshop, pour les faire tourner sur un processeur ARM. D’après Mary Jo Foley de ZDNet.com, cette nouvelle fonctionnalité serait prévue pour l’automne 2017 avec la sortie de Windows 10 ‘Redstone 3’, la mise à jour majeure suivant Windows 10 Creators Update.

Les processeurs ARM sont les processeurs basse consommation utilisés dans nos smartphones et nos tablettes, qui ne sont pas compatibles avec les processeurs AMD ou Intel en x86 de nos ordinateurs. Ce projet pourrait permettre d’améliorer drastiquement l’expérience du mode Continuum, la possibilité de relier son téléphone à un écran, un clavier et une souris pour s’en servir comme d’un ordinateur.

Et si Microsoft se passait des applications populaires ?

Comme la indiqué Satya Nadella, l’ambition de Microsoft sera d’abord de s’adresser à certains utilisateurs, les professionnels et les entreprises.

Pour cette clientèle, la présence de Snapchat ou de Pokémon Go sera sans doute moins importante qu’une compatibilité avec les logiciels métier de l’entreprise en mode continuum.

snapchat-nuage

Cependant cette façon de penser pourrait ne pas convenir à une époque où les employés veulent se servir de leurs smartphones aussi bien pour le travail que pour leurs loisirs. C’est justement une stratégie qui avait été adoptée BlackBerry et sur laquelle le fabricant canadien s’était cassé les dents.

Microsoft aura donc fort à faire s’il souhaite réellement marquer l’industrie du smartphone. L’appareil ultime que promet Satya Nadella devra faire au moins aussi bien que la concurrence tout en proposant des nouveautés capables de faire tourner les têtes des utilisateurs d’Android et iOS, aujourd’hui satisfaits de leurs produits arrivés à maturité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés