Paranoïaque ? Non, prudent. Mark Zuckerberg obstrue les yeux et les oreilles de son Macbook avec des morceaux d'adhésifs, pour éviter d'être la cible d'espionnages.

Pour célébrer le dépassement des 500 millions d’utilisateurs d’Instagram, Mark Zuckerberg a publié une photo qui le montre brandissant un cadre en carton censé représenter l’interface du service de photographie, avec 500 millions de likes. Mais le plus intéressant dans la photo est ailleurs, comme l’ont noté plusieurs internautes :

En regardant bien la photo, on remarque en effet que Zuckerberg a adopté une mesure de sécurité low-tech pour éviter d’être espionné depuis son Mac : du scotch. Le fondateur et dirigeant de Facebook a collé des morceaux d’adhésif par dessus la webcam de son Macbook, et au niveau du microphone, pour éviter que même en cas de piratage, le son et l’image environnants puissent être captés et enregistrés par des pirates.

zuck

Trop parano ? Non !

Cela peut sembler absurde, mais c’est une mesure de précaution élémentaire, probablement conseillée par la direction en charge de la sécurité de Facebook, sur tous les ordinateurs portables susceptibles d’être attaqués. En 2013, des chercheurs en sécurité informatique de l’université John Hopkins, aux Etats-Unis, avaient démontré qu’il était possible de prendre le contrôle des webcams des Mac, ce qui est aussi chose fréquente sur les PC. La firme Symantec avait même alerté, la même année, sur ce qu’elle désignait comme des « creepwares »,

« Certaines personnes mettent un morceau d’adhésif sur la webcam de leur portable, peut-être vous-mêmes le faites. Sont-elles trop prudentes, paranoïaques, un peu étranges ? (…) Beaucoup d’entre nous ont entendu des histoires de gens qui étaient espionnés sur leur ordinateur (…). Mais ces histoires sont-elles vraies et les précautions prises par des gens en apparence paranoïaques sont elles justifiées ? Malheureusement la réponse est oui », écrivait alors Symantec. L’éditeur a même publié une vidéo de prévention :

Dans le cas de Mark Zuckerberg, ce n’est probablement pas des vidéos embarrassantes qui l’inquiète, mais plutôt l’espionnage industriel, qu’il soit réalisé par des concurrents, ou par des puissances étatiques étrangères qui voudraient espionner Facebook pour le compte de leurs propres champions nationaux.

Si les webcams d’Apple ont été piratables en 2013, rien n’assure qu’elles ne puissent plus être piratées aujourd’hui, ou qu’elles ne pourront pas l’être demain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés