Le site DuckDuckGo dévoile le nom des neuf lauréats qui ont droit à une enveloppe de 25 000 dollars pour poursuivre le développement de leur projet open source.

Si elle peut être un bon moteur pour avancer, la passion ne fait malheureusement pas tout. Les projets reposant sur les principes du logiciel libre ont aussi besoin d’un peu plus que de l’enthousiasme de bénévoles pour aller de l’avant. DuckDuckGo le sait, et c’est pour cette raison que le moteur de recherche s’est mis à verser de l’argent à des initiatives de ce type pour les aider à se développer.

L’année dernière, DuckDuckGo avait mis en jeu une cagnotte de 125 000 dollars dont le montant a été finalement réparti entre cinq projets « Foss » (free & open-source software). Tous les lauréats (la Freedom of the Press Foundation, l’Electronic Frontier Foundation, GPGTools, Rise Up et Girls Develop It) avaient reçu une enveloppe de 25 000 dollars.

Pour 2016, c’est une tirelire de 225 000 dollars qui est cassée pour neuf projets. Là encore, chacun repart avec 25 000 dollars en poche. Parmi eux, deux des lauréats figuraient déjà dans la sélection précédente : Freedom of the Press Foundation et GPG Tools. Les sept autres sont des petits nouveaux, mais dont le nom ne sera pas étranger à certains d’entre vous.

Les lauréats 2016

SecureDrop

SecureDrop est une plateforme gérée par la Freedom of the Press Foundation qui sert à réceptionner des documents confidentiels que les lanceurs d’alerte veulent confier à la presse, de façon confidentielle et sécurisée. 24 médias s’en servent, dont Vice, le New Yorker, le Guardian, ProPublica, le Washington Post et The Intercept. Les médias francophones utilisent plutôt Source Sûre.

SecureDrop
Le site SecureDrop.

GPGTools

GPGTools concerne Mac OS X. Il s’agit ici de soutenir GPGMail, une extension pour Mail, un client de messagerie créé par Apple, afin de donner aux usagers la possibilité de signer ou de chiffrer son courrier électronique afin de s’assurer que les messages que vous envoyez ne soient ni lus, ni compromis, et qu’ils émanent bien de vous et pas d’un tiers.

chiffrement-1900
GPGTools, pour chiffrer ses mails.

Freenet

Freenet. Né en 2000, Freenet est un réseau anonyme et distribué qui propose à ses usagers une liberté d’expression et d’information absolument totale, en leur offrant un anonymat suffisamment élevé pour échapper à la surveillance de masse et au suivi des sites commerciaux. Il est aussi robuste à la censure et présente une résilience élevée, du fait de l’absence de centre nerveux

Freenet
Le site Freenet.

Fondation OpenBSD

Fondation OpenBSD. L’organisation derrière le système d’exploitation libre OpenBSD est aussi en charge de divers projets, dont OpenSSH (implémentation libre de SSH, le protocole de communication sécurisée) et LibreSSL (alternative de la bibliothèque OpenSSL, qui est au cœur de la sécurité sur Internet). L’on pourrait aussi mentionner OpenBGPD, OpenNTPD, OpenSMTPD et mandoc.

chiffrement.gif
OpenBSD s’occupe de projets liés au chiffrement des communications.

CrypTech

CrypTech s’intéresse à la partie matérielle dans le processus de chiffrement. Comment être certain que les composants sur lesquels ont lieu les procédures de chiffrement et de déchiffrement soient sûrs ? Souvent négligé, ce maillon de la chaîne est pourtant tout aussi important que les autres, car il peut servir de porte d’entrée à des tiers cherchant à accéder à certaines informations.

Composants électroniques
CC Christoph Bauer

Tor

Tor est un réseau d’anonymisation qui permet à l’internaute de masquer sa véritable adresse IP, puisque sa connexion passe à travers une succession de relais disséminés un peu partout dans le monde afin de camoufler la position géographique du PC d’origine. Tor permet par exemple à ceux vivant dans un pays restreignant les libertés individuelles de surfer librement sur Internet, et en sécurité.

torpi
Tor peut s’installer sur beaucoup de choses… dont le Rasperry Pi.

Save Security

Save Security est une campagne lancée par Fight for the Future, une association qui s’efforce à travers elle de faire la promotion du chiffrement auprès du grand public et de plaider en sa faveur auprès du personnel politique, au moment où des élus évoquent de plus en plus ouvertement l’idée de légiférer sur ce sujet, au risque d’affaiblir ce qui s’avère être l’un des éléments centraux d’Internet.

Save Security
La page d’accueil de la campagne.

VeraCrypt

VeraCrypt. À la suite du coup d’arrêt donné au développement de TrueCrypt, d’autres alternatives ont émergé. C’est le cas de VeraCrypt. Reposant sur une version antérieure de TrueCrypt, VeraCrypt est un logiciel de chiffrement de disque qui a profité des audits sur son illustre ancêtre pour proposer des améliorations dans sa propre application. En France, l’État liste VeraCrypt dans son référentiel des logiciels libres.

Putting the SSD in the optical drive cage back in the iMac
CC Aaron und Ruth Meder

LEAP

LEAP. Porté par Riseup, un service de courrier électronique anonyme et sécurisée, LEAP vise à développer des outils permettant d’établir une communication protégée. Leurs efforts portent à la fois du côté des serveurs, avec la plateforme LEAP, et du côté des utilisateurs, avec une application multiplateforme baptisée Bitmask, qui sert de proxy local pour les mails et de service VPN.

Mailbox
CC Sarah Giboni

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés