Devant les protestations, Amazon a décidé de revenir sur sa décision de supprimer l'option de Fire OS qui permettait aux possesseurs d'un Kindle Fire ou Fire Phone de chiffrer le contenu de leur appareil.

Le timing était pour le moins maladroit, sans même parler du bien-fondé ou non de la décision. Alors que le monde entier a les yeux portés vers les États-Unis et l’affaire qui oppose le FBI à Apple, et alors que même l’ONU s’invite dans le débat judiciaire pour soutenir le droit au chiffrement, Amazon a brutalement décidé, la semaine dernière, de supprimer le chiffrement des données sur ses appareils sous Fire OS, les tablettes Kindle Fire et smartphones Fire Phone.

Tous ceux qui avaient décidé de chiffrer localement le contenu de leurs appareils devaient renoncer aux mises à jour de leur tablette ou smartphone, ou renoncer au chiffrement. Une décision d’autant moins compréhensible qu’Amazon fait partie des entreprises américaines qui ont envoyé un « amicus curiae » au tribunal californien pour défendre Apple et, à travers lui, le droit des internautes de protéger leurs données.

Une option supprimée car peu utilisée

La mise à jour Fire OS 5 prévient que le chiffrement ne sera plus disponible.
La mise à jour Fire OS 5 prévient que le chiffrement ne sera plus disponible.

Devant les protestations et l’incompréhension, Amazon a finalement décidé de faire marche arrière. Mais pas tout de suite. «  Nous remettrons l’option offrant un chiffrement complet du disque avec une mise à jour de Fire OS qui viendra au printemps prochain », a annoncé Amazon dans un e-mail envoyé à certaines rédactions, rapporté par USA Today.

Pour justifier sa décision, Amazon a expliqué que l’option n’était que peu activée par les possesseurs d’un appareil sous Fire OS — et de fait, il a fallu attendre la semaine dernière pour entendre parler de sa suppression, alors que c’est déjà le cas depuis la mise à jour de Fire OS 5 progressivement déployée depuis l’automne. Il aurait donc décidé de la supprimer, parce que globalement inutilisée, et donc inutile.

Mais confrontée au même problème, Apple et Google ont pris des décisions diamétralement opposée. Apple a généralisé le chiffrement local sous iOS 8, en faisant en sorte que le contenu de l’iPhone soit toujours chiffré dès que le téléphone est verrouillé. De son côté, Google impose le chiffrement local sous Android 6.0 Marshmallow, mais uniquement si le téléphone est suffisamment puissant pour ne pas gêner l’expérience utilisateur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés