Mozilla confirme que la version 2.6 de Firefox OS est la dernière dont la fondation compte s'occuper pour les smartphones. Après, le cap sera mis sur les objets connectés.

Dans un secteur complètement dominé par Android et dans lequel même Microsoft, malgré son énorme puissance financière, peine à faire son trou avec Windows Phone, quelle place pouvait espérer Mozilla, avec ses maigres ressources, dans la téléphonie mobile en développant Firefox OS ?

Cap sur l'Internet des objets.
Cap sur l’Internet des objets.

Pas la moindre, visiblement. Malgré l’enthousiasme des débuts, Mozilla a fini par toucher du doigt les limites de sa stratégie. La fondation l’a admis en décembre, en annonçant l’arrêt des smartphones avec Firefox OS et une réorientation des efforts vers les objets connectés.

« Les conditions n’étaient pas là pour permettre à Mozilla de l’emporter sur les téléphones commerciaux », écrit l’un des responsables dans une discussion avec la communauté. Aussi la décision a été prise de diffuser la version 2.6 de Firefox OS d’ici mai, puis de cesser tout développement ultérieur.

Les conditions n’étaient pas là pour permettre à Mozilla de l’emporter sur les téléphones commerciaux.

« Nous avons décidé que pour peser dans le nouveau domaine des appareils connectés, nous devons entièrement focaliser notre énergie à prototyper le futur et explorer comment nous pouvons avoir le plus gros impact dans l’Internet des objets », poursuit-il. Un secteur qui devrait être moins contraignant pour Mozilla.

Du côté des applications, le Marketplace n’acceptera plus de nouvelles soumissions pour Android, pour le bureau et pour les tablettes. Toutes les applications qui ne supportent pas Firefox OS seront retirées. Les applications pour Firefox OS continueront d’être acceptées pendant un temps, au moins jusqu’en 2017.

connected bracelet
Les objets connectés, un secteur plus accessible ?

Si Mozilla choisit d’abandonner ses positions dans le smartphone pour se redéployer vers les objets connectés, Firefox OS pour smartphone pourrait toutefois continuer à survivre… si la communauté est capable de relever un pareil défi. Après tout, le projet s’appuie sur les principes du logiciel libre.

Toutefois, cela reste à voir. Après tout, les développeurs n’avaient semble-t-il pas montré un intérêt particulièrement aigu pour Firefox OS même lorsque Mozilla s’impliquait dans le développement du système d’exploitation.

Il faut dire que l’obstacle était haut  à franchir : il fallait en effet que Mozilla parvienne à rattraper en quelques mois la qualité d’un Android, d’un iOS ou d’un Windows 10 Mobile, qui ont mis plusieurs années à maturer, sans pour autant bénéficier des capacités d’un Google, d’un Apple ou d’un Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés