Des chercheurs américains et français ont publié une étude qui démontre l'importance des dégagements de particules fines et d'émissions de composés organiques volatiles potentiellement dangereux pour la santé, lors de l'utilisation d'une imprimante 3D.

Même si les imprimantes 3D semblent déjà être passées de mode et être désormais réservées à un public de connaisseurs, certains chercheurs s’inquiètent encore des possibles effets nocifs pour la santé des extrudeurs qui viennent déposer du plastique fondu couche après couche, jusqu’à l’obtention de l’objet final. C’est notamment le cas de chercheurs de l’Institut de Technologies de l’Illinois, de l’Université du Texas, et de l’École des Ingénieurs de la ville de Paris.

Parham Azimi, Dan Zhao, Claire Pouzet, Neil E. Crain, et Brent Stephens ont ainsi publié dans le journal Environmental Science & Technology une étude qui compare les émissions de nanoparticules et de composés organisés volatils (COV) dans l’air, en utilisant 5 imprimantes 3D différentes, et jusqu’à 9 types de filaments différents.

Les imprimantes testées étaient les FlashForge Creator, Dremel 3D Idea Builder, XYZprinting da Vinci 1.0, LulzBot Mini, et Makerbot Replicator 2X. En fonction des capacités de chacune, les chercheurs ont testé des filaments de type ABS ou PLA, en blanc ou en couleur, ainsi que des filaments plus originaux comme du nylon semi-transparent, de l’imitation bois, de l’imitation brique, ou encore de l’imitation de verre.

Les taux de particules fines mesurés sur les imprimantes 3D
Les taux de particules fines mesurés sur les imprimantes 3D

Leurs résultats montrent une variation conséquente d’émissions en fonction de l’imprimante et surtout du type de filament choisi, avec des taux parfois 20 fois supérieurs aux maximums recommandés. Les COV émis en plus grande quantité comprenaient notamment du styrène présent dans les plastiques ABS, alors qu’il est considéré comme un possible cancérigène par le Centre international de la recherche sur le cancer.

Ils en concluent que des travaux doivent être menés pour améliorer la sécurité sanitaire de l’impression 3D, en particulier lorsque les imprimantes 3D sont utilisées dans de petits bureaux mal aérés, comme c’est souvent le cas chez les amateurs. Ils suggèrent aussi que les fabricants systématisent les parois qui permettent de limiter la diffusion des composés dans l’air, et équipent leurs imprimantes de systèmes de filtration.

COV
Les composés organiques volatiles émis.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés