Pour éviter la mort des animaux dans les écoles vétérinaires, l'entreprise SynDaver a créé un corps de chien synthétique et réaliste pour que les étudiants puissent s’entraîner aux opérations chirurgicales sans danger.

Quand on a un chien, on s’y attache et la boule de poils devient un fidèle compagnon dont on se sent responsable. On en prend donc soin en l’emmenant régulièrement chez le vétérinaire. Si votre animal se porte bien c’est donc notamment parce que la médecine n’a jamais cessé de progresser. Or, cette évolution de la science fait un grand nombre de victimes.

En effet, pour des raisons éthiques, les apprentis médecins ne peuvent évidemment pas s’entraîner sur de vrais corps humains, à l’exception des cadavres offerts à la science. Cependant, les règles sont beaucoup plus souples dans les écoles vétérinaires où les étudiants s’entraînent à la chirurgie sur de vrais cobayes, souvent euthanasiés avant ou pendant l’opération.

Une situation insoutenable aux yeux de l’entreprise SynDaver, spécialisée dans la conception de tissus et membres synthétiques. Celle-ci a donc créé un corps artificiel de chien respectant parfaitement l’anatomie canine et qui dispose d’organes, muscles, graisse, veines et os réalistes.

Une campagne de financement participatif

Pour le commercialiser plus rapidement, SynDaver a lancé une campagne de financement participatif sur Indiegogo, où l’entreprise explique qu’actuellement, « des milliers de chiens placés dans des abris sont utilisés chaque année dans le monde pour des entraînements chirurgicaux dans les écoles de vétérinaires ». La campagne vise à amasser 25 millions de dollars, soit environ 22,5 millions d’euros.

Au moment où nous écrivons ces lignes, SynDaver n’a toutefois réussi à lever que 10 000 dollars environ, ce qui le met très, très loin de son objectif.

Esthétiquement, la bête faussement dépecée est assez perturbante à regarder, mais qu’importe, elle permet aux étudiants vétérinaires d’opérer sans mettre fin à la vie d’un vrai animal. «  Le modèle de synthèse est réalisé à partir d’eau, de fibres et de sels qui imitent les propriétés des organismes vivants », écrit SynDaver.

Canine_Muscled_Head2_wotvob

Dans la vidéo de présentation, le docteur Christopher Sakezles, le PDG de SynDaver affirme que « les étudiants pourront même s’entraîner à des opérations cérébrales sans qu’aucun animal n’en souffre ». La campagne de crowdfunding vise notamment à construire 1 000 modèles de chiens synthétiques pour être vendus dans 49 écoles à travers le monde pour un prix de 24 000 dollars chacun.

SynDaver a déjà conçu un modèle similaire mais pour l’être humain. Le but était également de permettre l’entraînement à la chirurgie dans le milieu médical.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés