Blizzard Entertainment a annoncé deux équipes supplémentaires pour sa ligue eSport Overwatch, dont la première européenne. Ou presque.

La ligue eSport Overwatch grandit. En effet, Blizzard Entertainment a levé le voile sur deux nouvelles équipes, portant le total à neuf. En plus de celles déjà présentes aux États-Unis (cinq villes), en Corée (Séoul) et en Chine (Shanghai), l’évènement mondial en accueille une deuxième à Los Angeles et une autre à Londres, la première européenne. Ou presque. Car le slot UK sera finalement géré par Cloud9, un groupe américain qui s’est notamment fait connaître sur le MOBA League of Legends.

overwatch-league
La ligue Overtwatch

Les Européens sont frileux

On peut donc comprendre que les Européens sont encore réticents et frileux à l’idée de rejoindre l’Overwatch League. Il faut dire que les conditions à réunir pour manager une équipe sont importantes, avec un salaire minimum, des contrats garantis pour les joueurs et une logistique à prévoir. Cela représente forcément des dépenses et les risques financiers qui vont avec. Aux États-Unis, les groupes sont plus gros, mieux suivis par les sponsors et peuvent plus facilement absorber les coûts.

Autre point important à noter : la deuxième équipe située à Los Angeles sera chapeautée par Kroenke Sports & Entertainment, conglomérat qui a des parts dans le football (Arsenal), la NFL (LA Rams) ou encore la NBA (Denver Nuggets). Traduction : un acteur des sports majeurs se lance dans l’eSport, ce qui fait dire à Pete Vlastelica, président et CEO de Major League Gaming, «  Ces deux propriétaires en particulier vont, par chance, clarifier la manière dont nous construisons cette ligue. Ce qui revient à dire que nous prenons les meilleurs des mondes eSport et sports traditionnels afin que les différents propriétaires puissent apprendre de chacun. »

Par ailleurs, il est intéressant de constater que Blizzard n’hésite pas à autoriser plusieurs franchises dans la même ville. Ce qui existe déjà dans d’autres sports très populaires : le football et Londres (Chelsea, Arsenal, Tottenham, entre autres) et la NBA et Los Angeles (Lakers et Clippers). « Je pense qu »ils vont avoir une approche spéciale quant à la construction de leur fanbase et que le fan aura le choix de l’équipe qui lui correspond le mieux. Et je pense que la rivalité sera quelque-chose de naturel  » explique Pete Vlastelica.

À l’arrivée, Blizzard Entertainment a la réelle volonté de faire de sa Ligue quelque chose de grand en piochant sur ce qui marche ailleurs, dans les circuits que tout le monde connait. Maintenant, il serait de bon ton que les Européens ne manquent pas le train en marche.

Partager sur les réseaux sociaux