Un algorithme mis au point par des chercheurs à l'université de Rochester est capable de repérer et géolocaliser les utilisateurs de Twitter ivres.

L’ivresse désinhibe et c’est un moment pendant lequel chacun est tenté de saisir son téléphone, d’envoyer des textos gênants et de poster des photos sur les réseaux sociaux.

Une équipe de chercheurs dirigée par Nabil Hossain de l’université de Rochester, a créé un nouvel algorithme capable de localiser les personnes en état d’ébriété, le tout grâce au réseau social Twitter. Pour mettre au point cet algorithme, les chercheurs se sont basés sur des millions de tweets géolocalisés.

Mots-clés et géolocalisation

Mais comment distinguer le tweet d’une personne tombée dans les méandres de l’ivresse d’un tweet évoquant l’alcool ? Pour différencier ces deux types d’individus, l’algorithme fait passer une épreuve aux messages de 140 caractères, avec ces trois questions :

  • Le tweet évoque-t-il des boissons alcoolisées ?
  • Si oui, le tweet concerne-t-il son auteur ?
  • Si oui, le tweet a-t-il été posté depuis ou a proximité d’un lieu où l’auteur était entrain de boire ?

Un tableau a ensuite été réalisé dans lequel les chercheurs ont répertorié des mots clés susceptibles d’être utilisés par un internaute ivre. Ainsi, un tweet contenant les mots Shot, vodka, gin, haha ou encore drive seront considérés comme écrits sous l’emprise de l’alcool à la différence des tweets contenant les mots hangover, last night, was drunk ou yesterday.

Capture d’écran 2016-04-01 à 16.01.51

Capture d’écran 2016-04-01 à 16.01.35

Cette étude a été réalisé grâce des tweets géolocalisés à New-York et ses environs, entre le 6 janvier 2013 et le 31 août de la même année. Après récolte et analyse, les chercheurs ont dressé une carte répertoriant les endroits les plus ivres de la ville.

Capture d’écran 2016-04-01 à 16.06.40

On pourra en tirer les conclusions suivantes : Manhattan et Williamsburg sont les quartiers où les new-yorkais tweetent le plus en étant ivres. Sans grande surprise puisque les deux lieux sont réputés pour être jeunes et branchés. C’est néanmoins une confirmation.

L’étude admet cependant que Twitter n’est pas forcement un réseau social très représentatif de la population dans son ensemble.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés