L'autorité de régulation des télécoms allemande interdit la vente de montres connectées destinées aux enfants. Elle suggère même de les détruire.

Vous avez dans l’idée d’offrir une montre connectée à votre enfant ou vous lui en avez déjà achetée une ? Peut-être est-il temps de revoir votre position, car ces dispositifs peuvent faire courir un risque de sécurité aux enfants. C’est à cette conclusion qu’est parvenue l’Allemagne, puisque celle-ci a annoncé l’interdiction de vente de montres pour enfants dotées d’une fonction de surveillance.

« Avec une application, les parents peuvent utiliser ces montres connectées pour surveiller l’environnement de l’enfant. Elles doivent être considérées comme des émetteurs non autorisés », a déclaré Jochen Homann, président de l’Agence fédérale des réseaux, ajoutant que « les montres des parents sont aussi utilisées pour écouter les enseignants en classe  ».

allemagne
CC Jay Plemon

Dans son communiqué, l’institution allemande, qui occupe les mêmes fonctions que l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes en France, annonce que son action ne s’est pas limitée à proclamer l’interdiction de la vente des montres connectées aux mineurs. Il est aussi question de « mesures contre plusieurs offres sur Internet », mais dont la nature n’est pas précisée.

L’agence explique que les possibilités d’écouter les conversations de l’entourage sans se faire remarquer, c’est-à-dire à l’insu des personnes, sont interdites en Allemagne. Et le remède que l’autorité recommande aux parents est radical : Il est conseillé en effet de rendre les montres inoffensives en les détruisant soi-même et de conserver la preuve de destruction.

Du point de vue des parents, l’utilisation de ce type de dispositif peut se comprendre : l’idée de pouvoir à tout moment connaître en temps réel la position géographique de son ou ses enfants a quelque chose de rassurant, surtout si l’on est sensible aux faits divers qui impliquent des mineurs. Cependant, en Allemagne, on ne plaisante pas avec la protection des individus, notamment des mineurs.

vous-etes-ici-localisation-position
CC Ignacio Brotons

Un risque pour les enfants

Surtout que ces dispositifs de surveillance peuvent paradoxalement faire courir un risque de sécurité aux enfants, ce qui est paradoxal pour un gadget censé justement permettre de savoir tout le temps où ils sont. En effet, le Bureau européen des unions de consommateurs, qui inclut notamment en France l’UFC-Que choisir, a montré que ces appareils peuvent aussi être piratés :

« Les montres connectées pour enfants, déjà en vente dans tant de pays européens, représentent des risques de sécurité majeurs. Une étude publiée par Forbrukerrådet, l’organisation de consommateurs norvégienne membre du Beuc, a révélé que des inconnus peuvent prendre le contrôle des montres testées afin de les utiliser pour suivre à la trace et mettre sur écoute les enfants ».

« Ces montres ne devraient pas se retrouver en boutique. Les parents les achètent pour protéger leurs enfants. Ils ne se doutent sûrement pas qu’au lieu de protéger leurs enfants, ces montres les rendent plus vulnérables », commentait en octobre Monique Goyens, la directrice générale du Beuc. Si vous aviez l’intention d’en acheter une à Noël pour votre progéniture, il est peut-être temps de revoir votre liste de courses.

 

Partager sur les réseaux sociaux