Le Conseil a approuvé le projet WiFi4EU qui consiste à déployer des points d'accès Internet gratuits en Europe, dans les communes dépourvues de telles liaisons.

Approuvé par le Parlement européen le 12 septembre, le projet WiFi4EU (« du Wi-Fi pour l’Europe ») a été validé lundi 9 octobre par le Conseil de l’Union. Maintenant que le « feu vert définitif » a été donné, la prochaine grande étape consistera à enclencher les appels à projets, ce qui devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année ou au début de la suivante, indique un communiqué.

Le projet WiFi4EU consiste, comme son nom le laisse deviner, à fournir un accès Wi-Fi en haut débit dans « chaque village et chaque ville d’Europe d’ici à 2020 », comme l’a rappelé Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, lors de son dernier discours sur l’état de l’Union. Pour atteindre cet ambitieux objectif, une enveloppe de 120 millions d’euros est prévue.

C’est en réalité entre  6 000 et 8 000 collectivités qui verront effectivement voir sortir des points d’accès sans fil dans les lieux de vie commune.  Pas de quoi couvrir tout le territoire, en tout cas chaque localité (la France compte à elle seule plus de 36 000 communes), même si l’effort est manifeste. D’autant que l’Union aura à cœur de répartir équitablement le déploiement du Wi-Fi.

C’est ce qu’explique le Conseil : les financements « seront alloués dans le respect d’un équilibre géographique entre tous les pays de l’UE et, en principe, selon la règle du ‘premier arrivé, premier servi’ ». En clair, cette ambitieuse entreprise de connexion des territoires devra profiter à tous.  À terme, Bruxelles estime que cette initiative générera jusqu’à 50 millions de connexions par jour.

L’installation de ces hotspots ne pourra se faire par contre que dans des zones qui sont dépourvues de connexions similaires à WiFi4EU, y compris celles fournies par des acteurs privés. Il n’est pas question de dépenser des fonds pour dans des lieux où il y a déjà une connexion sans fil, cela « ferait double emploi », juge l’UE. De fait, le programme porte en priorité sur les localités qui n’ont pas le moindre accès.

Ce sont les mairies, les hôpitaux et les organismes du secteur public qui pourront postuler au programme WiFi4EU pour couvrir leurs infrastructures ainsi que celles de la ville, des parcs aux bibliothèques. Mais attention : pour obtenir une demande de financement, il faudra s’engager à maintenir la connexion pendant au moins trois ans… en attendant que les connexions 4G et 5G prennent définitivement le relais ?

Partager sur les réseaux sociaux