Le gouvernement a réuni une première fois les opérateurs pour parler du déploiement de la 4G et du très haut débit fixe. Concernant le mobile, l'exécutif demande une amplification des efforts afin de résorber les zones blanches en 4G.

Il va falloir mettre un bon coup de collier dans la 4G. C’est le message qu’a voulu faire passer le gouvernement vendredi 7 juillet lors d’une réunion entre plusieurs membres de l’exécutif et les représentants des quatre opérateurs de téléphonie impliqués dans le très haut débit mobile. Car Matignon tout comme l’Élysée veulent la même chose : l’accélération du déploiement.

« L’objectif de la réunion était de rappeler avec fermeté le respect des engagements et les moyens d’y parvenir, de travailler sur l’accélération du déploiement de la 4G et de faire un état des lieux du déploiement du très haut débit et de la téléphonie mobile », lit-on dans un communiqué publié par Julien Denormandie, le secrétaire d’État auprès du ministre de la cohésion des territoires.

Ils « ont rappelé l’ambition du gouvernement en matière de couverture très haut débit » avec la « couverture de l’ensemble du territoire en très haut débit fixe à échéance 2022 et accélération significative de la couverture mobile avec la fin des zones blanches 4G ». Étaient aussi  présents à la réunion Jacques Mézard (le ministre) et les secrétaires d’État Benjamin Griveaux (économie et finances) et Mounir Mahjoubi (numérique).

Couvrir la population et le territoire

En matière de couverture mobile, les données les plus récentes concernant la 4G ont été publiées fin juin par l’autorité de régulation des télécoms. Les mesures, datées d’avril 2017, montrent que la couverture de la population atteint au minimum 80 % des Français vivant en métropole (80 % pour Free Mobile, 88 % pour Bouygues Telecom et SFR et 89 % pour Orange). En revanche, la situation est nettement plus contrastée en ce qui concerne la couverture du territoire métropolitain.

Les statistiques sont de 45 % pour Free, 55 % pour Orange, 58 % pour Bouygues et 59 % pour SFR. On le devine sans peine : les opérateurs ont surtout porté leur effort dans les zones densément peuplées, là où se trouvent la majorité des clients. Ces zones, du fait de la densité urbaine, occupent une surface réduite. En clair, pour avoir la 4G rapidement, mieux vaut ne pas vivre en montagne ou à la campagne.

antenne4G

« Une attention particulière sera également portée à la visibilité et à la prévisibilité des déploiements filaires et mobiles 4G, afin que soit mis en place un observatoire unique de la couverture numérique, actualisé par trimestre », poursuit le communiqué interministériel, qui ajoute qu’une nouvelle réunion avec les opérateurs est prévue pour le mois de septembre.

En juin, Emmanuel Macron est revenu sur le plan France Très Haut Débit en mettant en cause la stratégie 100 % fibre optique. Il estime qu’il est illusoire de promettre la fibre partout, pour tous d’ici 2022 et qu’il vaut mieux essayer de proposer un mix, avec de la fibre, du câble et du très haut débit mobile. D’où la volonté nouvellement exprimée du gouvernement de voir le déploiement de la 4G accélérer très vite.

Partager sur les réseaux sociaux