Elon Musk vient d'annoncer qu'il avait échangé avec le président des États-Unis au sujet des accords de Paris sur le climat. Dans un tweet, l'entrepreneur affiche un optimisme modéré quant à l'impact de cette discussion sur les futurs choix de Donald Trump.

Avec l’administration Trump, Elon Musk joue les pragmatiques. Depuis l’investiture du quarante-cinquième président des États-Unis, le fondateur de Space X garde pour lui ses attaques les plus virulentes — hormis lorsque celles-ci se retrouvent malencontreusement rendues publiques.

L’entrepreneur vient à présent d’annoncer qu’il avait discuté avec Donald Trump de l’accord de Paris sur le climat, il y a de cela trois semaines. Dans un tweet, Elon Musk se dit « prudemment optimiste » quant à la décision qui doit être prise par le bureau ovale américain, à savoir le fait de sortir ou non du traité, entré en vigueur le 4 novembre 2016. En effet, lors de sa campagne électorale, Donald Trump avait annoncé qu’il souhaitait se retirer de l’accord.

« J’ai parlé directement au Président il y a trois semaines à propos de Paris. Beaucoup d’autres l’ont fait. Je suis prudemment optimiste que la décision soit positive », a écrit Elon Musk dans l’après-midi du 22 mai 2017.

Musk peut-il infléchir la décision de Trump ?

Si le contenu des échanges entre les deux hommes n’a pas été dévoilé, rappelons que l’administration Trump est loin de se dévouer corps et âme au changement climatique. Le président américain a d’ailleurs nommé à la tête de l’Agence de Protection de l’Environnement un climatosceptique, Scott Pruitt.

Comme le souligne néanmoins The Verge, Donald Trump a montré quelques signes d’hésitation à l’égard de sa promesse martelée au cours de la campagne électorale. La décision de quitter ou non l’accord de Paris a été repoussée, en raison de la pression exercée par les conseillers à l’égard du président pour qu’il reconsidère la question.

Depuis décembre 2016, Elon Musk fait partie du conseil consultatif de Donald Trump. Un choix dont il s’est défendu en expliquant que, malgré ses désaccords avec plusieurs mesures du gouvernement, il était convaincu que « s’engager sur les questions cruciales pourra, tout compte fait, servir au mieux les intérêts de la société. »

Partager sur les réseaux sociaux