La douane américaine pourrait réclamer beaucoup plus d'informations aux voyageurs se rendant aux USA. La Maison Blanche réfléchit à une mesure autorisant les douaniers à généraliser les demandes en vue d'obtenir les mots de passe des réseaux sociaux et la liste des contacts.

Vous comptez vous déplacer prochainement aux États-Unis ? Préparez-vous à devoir donner les mots de passe qui protègent l’accès à vos réseaux sociaux et messageries personnelles. En effet, l’inénarrable administration Trump est en train de plancher sur une nouvelle mesure visant les voyageurs étrangers se rendant sur le sol américain de façon à les forcer à se montrer totalement transparents.

Selon le Wall Street Journal, qui rapporte l’existence de ce potentiel durcissement des conditions d’entrée en Amérique, l’obligation de se déshabiller numériquement pour entrer sur le territoire américain ne s’arrêterait pas à la fourniture des codes d’accès menant à toute votre vie en ligne. La douane pourrait dans la foulée exiger la liste des contacts figurant dans le smartphone.

Contrairement aux restrictions actuelles qui ne ciblent que certains pays du Maghreb et du Moyen-Orient, au motif que des explosifs indétectables pourraient être insérés à l’intérieur de certains terminaux en vue de commettre un attentat en plein ciel ou alors que l’avion est encore sur le tarmac, le nouveau projet envisagé par Washington devrait cibler sans distinction l’ensemble des voyageurs, donc y compris les Français.

L’intérêt de cette mesure est évident : cela peut permettre aux autorités d’avoir un bon aperçu du positionnement politique du voyageur, de son éventuel engagement religieux, de son cercle d’amis, de la manière dont il considère l’Amérique et ainsi de suite. Ainsi, c’est une photographie très précise que les services de renseignement pourraient obtenir, dans la mesure où l’on a tendance à partager assez facilement sa vie en ligne.

muslimban-menottes-police
CC Matthew Lenard

Il reste à savoir si la douane peut appliquer à chacun des passagers se rendant aux États-Unis ces nouvelles règles, dans la mesure où le pays accueille chaque jour des milliers d’avions venant des quatre coins du globe (sans parler des navires et des frontières terrestres avec le Mexique et le Canada). Peut-être les demandes se feront à la « tête du client », avec toutes les discriminations que cela suppose.

Ces réflexions ne sont en tout cas pas nouvelles. En février, John Kelly, le secrétaire à la sécurité intérieure, a évoqué lors d’un échange avec des parlementaires les mesures qui étaient considérées par la Maison Blanche pour renforcer encore plus la sécurité du pays. Parmi elles figurait la possibilité de demander les mots de passe à l’arrivée sur le territoire américain, suscitant l’ire de plusieurs associations.

Deux mois auparavant, une mise à jour du formulaire de demande d’ESTA (réservé aux ressortissants des 38 pays exemptés de visa pour une visite de 90 jours ou moins) avait déjà annoncé la couleur en demandant aux personnes voulant se rendre aux États-Unis de renseigner, si elles le souhaitent (c’est facultatif pour l’instant), leur présence sur les réseaux sociaux.

Il reste à savoir si cette mesure considérée par la Maison-Blanche aura une suite ou non. Si elle entre en vigueur, sachez néanmoins que vous n’êtes pas totalement démuni : l’EFF, une puissante organisation de défense des libertés dans l’environnement numérique a publié un guide (en anglais) sur la manière de protéger vos données (sur vos appareils et dans le cloud) en arrivant à la douane.

Partager sur les réseaux sociaux