Le patron de Radio France, Mathieu Gallet, plaide pour une réforme de la contribution à l'audiovisuel public. Il estime qu'il faut s'inspirer de l'Allemagne, dont la redevance touche tous les foyers.

La taxe audiovisuelle doit-elle être imposée à l’ensemble des foyers ? Oui, si l’on suit la position prise Mathieu Gallet à l’occasion d’un entretien accordé au journal Le Monde. Le PDG de Radio France a en effet plaidé en filigrane pour une réforme de la contribution à l’audiovisuel public de façon à assurer à la France des « médias publics forts » dotés d’un « financement pérenne ».

Mathieu Gallet
CC T Franco

Dans les colonnes du quotidien, celui qui a dirigé l’institut national de l’audiovisuel de 2010 à 2014 explique « qu’une réforme est absolument indispensable, si l’on ne veut pas connaître une baisse [des] ressources ». Car le problème est le suivant : même si les Français détenteurs d’un téléviseur sont de plus en plus sollicités financièrement, « beaucoup de foyers n’achètent plus de téléviseur », s’alarme-t-il.

Et pour réformer la contribution à l’audiovisuel public, il suffit simplement de regarder ce qui se fait de l’autre côté du Rhin. « Il faut s’inspirer d’un pays comme l’Allemagne qui a changé de modèle et où chaque foyer participe au financement de l’audiovisuel public. Cela doit avoir lieu lors de la prochaine mandature ». Reste à savoir si celui ou celle qui remportera l’élection suivre les demandes du patron de Radio France.

Au cours de son mandat, François Hollande n’a pas fondamentalement bouleversé l’assiette de la taxe audiovisuelle. Il a simplement augmenté régulièrement son montant annuel, sans la rendre obligatoire à tous les foyers (seuls ceux ayant un téléviseur doivent s’en acquitter) ni l’étendre aux autres écrans qui donnent accès aux productions du service public sur Internet.

Une extension de la contribution à l’audiovisuel public à tous les foyers pourrait se faire de deux façons :

Soit on élargit l’assiette sans toucher au montant dont s’acquittent les Français, ce qui entrainera une hausse du budget des médias qui bénéficient de la perception ; soit on maintient le budget au niveau actuel et, du fait de l’extension de la contribution à tout le monde, chaque foyer paiera mécaniquement moins puisque l’effort sera réparti sur plus de monde.

Je suis convaincu du rôle des médias publics dans la bonne santé démocratique de nos sociétés

« Je suis convaincu du rôle des médias publics dans la bonne santé démocratique de nos sociétés. […] La question est simple : dans ce monde de plates-formes, veut-on des médias publics forts avec des financements pérennes ? », a interrogé Mathieu Gallet, en défendant le fait que le service public n’est pas resté inactif pour autant. « Le service public sait faire de l’audience et se réformer ».

C’est France Télévisions qui aujourd’hui aspire l’essentiel des sommes perçues à travers la contribution de l’audiovisuel public. Radio France est le deuxième bénéficiaire, ce qui participe aux budgets d’une dizaine de stations de radio.

À lire sur Numerama : La redevance TV augmente encore, les autres écrans y échappent

Partager sur les réseaux sociaux