La gendarmerie nationale a annoncé sur Twitter la fermeture du célèbre site de téléchargement illégal Zone Téléchargement. Mais depuis, certains tentent de faire croire à son retour en ligne. Prenez garde.

Mise à jour, 29 novembre : Le site Zone Téléchargement, fermé lundi 28 novembre, n’a pas rouvert. Si le site paraît être de nouveau en ligne depuis quelques heures, son système de gestion des liens, DL-Protect, reste inopérant. Dans ces conditions, le site est inutilisable ; il ne s’agit que d’une façade sans la possibilité d’accéder aux œuvres piratées.

Il est peu probable que Zone Téléchargement ait pu se remettre en état de marche, en tout cas aussi vite, alors des serveurs liés au site et à DL-Protect, son annuaire de liens, ont été saisis par la gendarmerie. En outre, plusieurs personnes suspectées d’être impliquées dans la gestion de Zone Téléchargement ont été interpellées et mises en garde à vue par les forces de l’ordre.

capture-decran-2016-11-29-a-15-20-18
Les liens DL-Protect

Notez enfin que les boutons de téléchargement qui apparaissent et qui sont les seuls qui fonctionnent aujourd’hui cachent d’autres sites qui peuvent contenir des méthodes de phishing. L’un d’eux, testé à la rédaction, demandait par exemple une adresse mail et un numéro de carte bleu avant d’autoriser un téléchargement supposé. Nous n’avons évidemment pas poursuivi et vous devriez en faire autant.

capture-decran-2016-11-29-a-15-19-23
Les liens « Regarder » et « Télécharger » vous demandent votre carte bancaire

◊◊◊

Article original : Zone Téléchargement est devenu une référence dans le paysage de la piraterie française. Avec des centaines de milliers de titres à disposition gratuitement, sans passer par le peer-to-peer (P2P), le site était devenu aussi populaire auprès du public que détesté par les autorités.

Le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) enquêtait depuis plusieurs mois sur la musique, les jeux et les films qui y étaient mis à disposition du public en téléchargement illégal. Le problème central consistait à identifier ses éditeurs pour pouvoir le démanteler. 7 personnes ont été interpelées.

En fin de compte, c’est avec fierté que la Gendarmerie annonce ce coup d’éclat pour son service de cyber-répression numérique. Une réussite appréciée par la SACEM, qui avait fait de la plateforme l’une de ses principales cibles. Selon les autorités, le préjudice causé par le site s’élèverait à plus de 75 millions d’euros. Il est effectivement hors ligne depuis quelques heures.

À lire sur Numerama : Zone Téléchargement, PME pirate  : les dessous d’une enquête internationale

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés