Google a présenté ses excuses après avoir été ordonné par la justice de modifier ses résultats de recherche, qui faisaient apparaître la photo du premier ministre indien Narendra Modi parmi les « 10 plus grands criminels du monde ».

L’affaire n’est pas sans rappeler le « trou du cul du web » qui conduisait au site officiel de Nicolas Sarkozy, en raison de l’effet d’algorithmes auxquels Google n’avait pas voulu toucher. En Inde, un tribunal a ordonné à Google qu’il modifie ses résultats de recherche pour ne plus afficher la photographie du premier ministre Narendra Modi, lorsque l’internaute recherche « les dix plus grands criminels du monde ».

L’image du chef du gouvernement indien était en effet affichée aux côtés de figures mondialement connues comme Ben Laden, Mouammar Kadhafi ou encore… l’ancien président américain George Bush. Selon Mashable, d’autres personnalités indiennes étaient représentées dans la liste.

L’avocat de Narendra Modi, Sushl Kumar Mishra, aurait écrit à Google pour obtenir le retrait de la photo du premier ministre indien sur cette requête, mais n’aurait obtenu aucune raison. Il a donc ensuite saisi la justice pénale, mais sa demande a été rejetée le 3 novembre 2015 au motif qu’il s’agissait d’une affaire civile. C’est donc finalement cette dernière qui a tranché et donné raison au plaignant.

Les excuses de Google

De façon assez inhabituelle, Google a présenté ses excuses pour ces résultats, en expliquant que l’image avait été affichée parce qu’elle avait de mauvaises métadonnées sur le site britannique où elle était présente, et que le moteur de recherche affichait donc la photo de Modi à la place d’une autre. « Ces résultats nous embêtent et ne sont pas le reflet des opinions de Google. Parfois, la façon dont les images sont décrites sur Internet peuvent provoquer des résultats surprenants sur des requêtes spécifiques. Nous sommes désolés pour toute confusion ou incompréhension que cela a causé », indique Google dans un communiqué. Il précise que « nous travaillons continuellement pour améliorer nos algorithmes pour prévenir des résultats inattendus comme ceux là ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés