Signe supplémentaire que les institutions dites « démocratiques » peinent de plus en plus à convaincre de leur efficacité démocratique, la Quadrature du Net explique mardi qu'elle est fatiguée de se battre sur les terrains parlementaires, et préfère réorienter son action au plus près du public.

La Quadrature du Net n’emploie pas l’expression populaire « c’est comme pisser dans un violon », mais c’est bien le sentiment que l’association exprime avec aigreur et détermination ce mardi. Après avoir vu passer ces dernières années de nombreuses lois sécuritaires qu’elle a tenté de combattre en vain, et un projet de loi numérique qui a recherché le consensus mou en écartant des propositions jugées réellement progressistes, la Quadrature annonce mardi qu’elle change de méthode. Elle refuse désormais de se laisser entraîner vers un chapelet continu de réactions sans effets, ou de propositions ignorées.

«  Depuis deux ans, la société civile n’aura à la fois jamais été autant consultée et aussi peu entendue sur les sujets numériques », déplore-t-elle. « L’urgence permanente de répondre aux propositions irresponsables ou irréfléchies du gouvernement, des partis et de leurs relais au parlement entrave les réflexions de fond, l’élaboration des propositions et la capacité à se saisir des nouveaux enjeux sociaux du numérique ».

Quadrature

Éviter le débat pour mieux nourrir la réflexion

En conséquence, l’association a « décidé de prendre du recul par rapport au suivi législatif en France, au moins jusqu’aux élections présidentielle et législative de 2017 ». Plus question de réagir au moindre amendement provocateur, ou même aux projets de loi ou aux décrets qui pourraient mettre à mal les libertés dans l’univers numérique.  Quoi qu’elle dise, quelle que soit la force de la mobilisation, ils seront adoptés.

La Quadrature explique donc qu’elle souhaite désormais réorienter son action, pour « nourrir les débats autrement, sans nous épuiser sur des batailles quotidiennes dans des cénacles institutionnels sourds aux expertises et revendications de la société civile ». L’organisation veut agir davantage sur la scène européenne, en coordination avec ses homologues, et agir dans une communication de fond et plus quotidienne sur les enjeux du numérique, en faisant la promotion des approches éthiques.

Le volet juridique est quant à lui désormais pris en charge par « les Exégètes amateurs », qui portent les actions judiciaires contre les lois et décrets jugés contraires aux droits fondamentaux. « Nous ne réagirons plus systématiquement aux annonces populistes ou irréalistes des politiques, nous ne chercherons plus à nous battre pied à pied pour faire reprendre conscience à ceux qui nous gouvernent qu’ils tuent à petit feu nos libertés au prétexte d’assurer notre (illusoire) sécurité ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés