L'UFC-Que Choisir demande à la CNIL d'ouvrir une enquête sur les pratiques de collecte et de traitement des données personnelles par Happn, l'application française de rencontres.

L’UFC-Que Choisir veut mettre la pression sur la CNIL, au moment où le gendarme des données personnelles se rend à Bruxelles pour discuter avec ses homologues, maintenant que l’ultimatum sur le Safe Harbor est passé. Alors que tout le monde a le regard tourné vers les géants américains comme Facebook, Twitter ou Google, qui ont tous su s’adapter et trouver de nouvelles méthodes pour exporter leurs données vers les USA en toute sécurité juridique, l’association de consommateurs demande l’exemplarité en France, chez les entreprises françaises.

Elle a ainsi annoncé mardi avoir saisi la CNIL pour qu’elle enquête sur les pratiques de Happn, l’éditeur français de l’application de rencontres qui cherche à concurrencer Tindr. L’UFC-Que Choisir s’appuie en effet sur une étude menée par son homologue norvégien Forbrukerrådet, selon lequel Happn utiliserait des outils d’analyse de données fournis par la société américaine UpSight, sans base légale.

Des questions qui exigent des réponses immédiates

Home
L’application Happn

« Après l’annulation du Safe Harbor, qui encadrait les échanges de données personnelles entre les Etats-Unis et l’Union européenne, le transfert de données personnelles n’est plus autorisé, sauf encadrement spécifique et limité au 31 janvier dernier par les CNIL européennes.  La société Happn a-t-elle envoyée des données vers les Etats-Unis ? Y  était elle autorisée par la CNIL ? Continue-t-elle à les transférer depuis le 31 janvier ? », interroge l’association.

Elle indique également qu’une étude technique réalisée par Forbrukerrådet en décembre 2015 démontrerait qu’un cookie communique toujours avec Happn, même après la suppression de l’application. «  Pourquoi un tel cookie ? Quelle donnée envoie-t-il à Happn ? Est-ce à dire que, même quand l’utilisateur n’utilise plus Happn, Happn continuerait de le tracer ? Autant de questions qui exigent des réponses immédiates ».

Contacté, Happn n’était pas joignable ce mardi matin pour répondre à nos questions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés