Donald Trump, le candidat aux premières républicaines américaines s'est encore emporté contre un géant de la technologie : cette fois, c'est Apple qu'il veut ramener à la maison.

«  Nous allons forcer Apple à fabriquer leurs foutus ordinateurs et autres bidules dans notre pays et pas ailleurs !  » : et oui, Donald Trump a encore frappé. Ce n’est pas la première fois que Trump donne son point de vue sur les géants des nouvelles technologies et cette fois, c’est Apple qui en prend pour son grade.

En décembre dernier, il s’était fait remarquer après avoir exprimé l’idée de « fermer internet… en partie  » tout en sollicitant l’aide de Bill Gates pour accomplir son plan. Bien entendu, Bill Gates est loin d’avoir ce pouvoir et n’est même plus à la tête des opérations chez Microsoft : depuis 2007, le fondateur de la firme de Redmond se consacre à son œuvre de charité.

We’re gonna get Apple to start building their damn computers and things in this country

Apple et ses fournisseurs

Mais est-ce que la remarque de Trump a un sens ? Pour ses fournisseurs, Apple joue la transparence et met à disposition un dossier au format .pdf listant les fournisseurs de la marque à la pomme. Pour un coup d’œil plus rapide sur l’état de la situation, Apple a également publié la carte ci-dessous qui regroupe les usines, fournisseurs et chaînes de montage de la marque, classées par pays.

Capture d’écran 2016-01-19 à 14.40.11

Elle montre que la plus grosse partie des fournisseurs d’Apple se trouvent en Chine : ils sont 334 pour seulement 73 au États-Unis, dont deux usines de montage. En 2013, Apple avait pourtant annoncé une relocalisation d’usines de production de MacBook dans leur pays d’origine.

Quoi qu’il en soit, venant d’un capitaliste convaincu comme Trump, ces idées protectionnistes font doucement sourire…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés