La crainte de devoir payer une très forte amende a très largement convaincu les Américains de se faire connaître auprès de l'administration de l’aviation civile.

L’immatriculation des drones de loisir progresse aux États-Unis. Profitant de la tenue du CES à Las Vegas, l’administration de l’aviation civile a déclaré que 181 000 personnes se sont inscrites en tant que propriétaires de drones. C’est quatre fois plus que la veille de Noël, où 45 000 inscriptions avaient été enregistrées.

Les drones de loisir ont été l’une des grandes tendances outre-Atlantique lors des fêtes de fin d’année. Les industriels du secteur anticipaient de vendre jusqu’à 400 000 exemplaires. Cela explique pourquoi le nombre d’immatriculation a bondi en l’espace de deux semaines, une fois les que les cadeaux ont été déballés.

Les inscriptions au registre de la FAA explosent.

Deux cas de figure se présentent pour les Américains. Ceux qui en avaient déjà un avant le 21 décembre 2015 et qui l’ont donc déjà utilisé doivent s’inscrire avant le 19 février 2016. C’est aussi à cette date que ceux ayant eu un drone après le 21 décembre doivent se faire connaître avant de procéder à tout vol en extérieur.

La quasi-totalité des drones de loisir est concernée. En effet, l’administration de l’aviation civile vise les appareils dont le poids se situe entre 0,55 pound (soit 249 g) et 55 pounds (24 kg). Et mieux vaut se conformer : au-delà du 19 février, c’est une amende dont le montant peut attendre 27 500 euros qui les attend.

Lors de l’inscription, un propriétaire de drone doit renseigner son identité, l’adresse de son domicile et son adresse e-mail. L’inscription lui donne le droit d’opérer le nombre de drones qu’il veut pour une durée de trois ans. Il faudra ensuite renouveler son inscription.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés