Comme l’indiquaient déjà ce week-end les rumeurs dont nous faisions état ce matin, le conseil d’administration de Yahoo a officialisé lundi le rejet de l’offre de rachat par Microsoft, jugée insuffisante. Microsoft proposait 41,4 milliards pour mettre la main sur le géant des portails internet et de la publicité en ligne, mais l’offre n’a pas convaincu les investisseurs pour ce premier round d’une discussion appelée à se poursuivre.

Alors que la firme de Redmond proposait de racheter les parts 31 $ l’action, les analystes estiment que Microsoft pourrait être amené à verser jusqu’à 40 $ l’action pour s’offrir un conglomérat enfin capable de rivaliser avec Google sur la toile mondiale. Yahoo a en effet indiqué dans un communiqué que l’offre de Microsoft « sous-valorise substantiellement » sa marque et son audience de 500 millions d’utilisateurs dans le monde, ainsi que sa plateforme publicitaire. La compagnie estime également que la proposition du PDG Steve Ballmer ne prend pas en compte les perspectives de croissance de certaines de ses filiales dans les marchés émergeants comme le site de commerce chinois Alibaba.com. En clair, Microsoft doit renouveler sa proposition avec un montant plus généreux.

Les négociations devraient donc reprendre avec une nouvelle offre de Microsoft plus proche des 40 $ l’action, sans toutefois les atteindre. Le communiqué de Yahoo, s’il ne donne aucun chiffre, confirme en tout cas que malgré les souhaits du fondateur Jerry Yang, les investisseurs institutionnels (qui détiennent plus de 70 % des parts de Yahoo) sont ouverts à l’idée d’une fusion avec Microsoft. Une révolution en soi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés