Alors que les états membres de l'Union européenne combattent actuellement la proposition du Parlement européen d'imposer la neutralité du net aux opérateurs, le président d'Orange n'a pas caché son hostilité à toute imposition sur les réseaux du principe de non-discrimination.

Pendant que nous avions les yeux tournés vers l'Assemblée nationale et le débat sur le projet de loi Renseignement, Stéphane Richard était l'invité mercredi dernier de BFM Business. L'occasion pour le patron d'Orange de dire tout le mal qu'il pensait de la neutralité du net, "un concept attrape-tout qui se fait toujours sur le dos des opérateurs".

Un peu plus de deux ans après avoir déclaré qu'il était "totalement pour la neutralité du net" car "il faut être réaliste, nos clients prennent nos abonnements pour avoir accès à ces services", Stéphane Richard a expliqué qu'il faut "donner aux opérateurs les armes et les moyens d’innover", et que "la neutralité du net est l’ennemie de l’innovation des opérateurs".

"Moi aussi, j’aimerais bien qu’internet soit gratuit dans le monde entier. Mais ça n’est possible que dans les rêves", a-t-il déclaré, feignant de ne pas savoir que la question de la neutralité du net n'est pas celle de la gratuité, mais de la non-discrimination dans le traitement des communications. Le principe de la neutralité veut que les paquets soient transportés avec le même effort quelque soit le contenu, le destinataire ou l'expéditeur.

ET QUAND TOUT LE MONDE SERA PRIORITAIRE ?

Or Orange a porté une entaille dans ce principe en commercialisant ce mois-ci un "Débit confort" qui permet aux abonnés souscrivant à l'option de bénéficier, non pas d'un tuyau plus large en toutes circonstances, ce qui n'aurait pas poser problème, mais un traitement prioritaire dans les zones à forte affluence. Le réseau peut s'y trouver congestionné si le point d'accès mutualisé n'est pas correctement dimensionné, ou si les ondes mobiles qui ne sont disponibles qu'en quantité limitée saturent. Dans ce cas les communications émises ou reçues par les clients à l'option "Débit confort" bénéficient d'un accès prioritaire aux mêmes routes que les autres clients, qui passent en second.

Ces derniers voient donc la qualité de leur accès mécaniquement dégradée pour laisser place aux clients prioritaires, ce qui encouragera toujours plus d'abonnés à souscrire à l'option, jusqu'à ce que plus personne ne puisse être prioritaire et que soit lancée une option "Débit vraiment confort", et ainsi de suite… L'intérêt commercial d'Orange devient alors d'arrêter de faire évoluer ses tuyaux, et de miser sur la congestion réelle ou induite pour obtenir que ses clients payent des accès prioritaires.

Les propos de Stéphane Richard interviennent alors que le Conseil de l'Union européenne tente actuellement de faire échec à la volonté du Parlement européen d'imposer le respect strict de la neutralité du net aux opérateurs. "Des négociations entre le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil ont commencé le 11 mars dernier (trilogue) pour aboutir avant l'été à un accord sur le texte définif. Une fois adopté, ce règlement devra s'appliquer dans tous les pays de l'UE. L'enjeu est donc fondamental d'obtenir du Parlement européen qu'il reste ferme sur la préservation de la neutralité du Net, principe de traitement égal des données à la fois sur le réseau et dans les prix", rappelle à cet égard la Quadrature du Net dans une lettre ouverte aux députés européens.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés