Selon La Tribune, Free pourrait relancer la guerre des prix sur les mobiles en annonçant mardi un forfait mobile illimité à 10 euros par mois, qui devrait toutefois être réservé aux seuls abonnés Freebox.

Free a programmé demain mardi une conférence de presse surprise, qui devrait donner corps aux déclarations mystérieuses qu'avaient faites Xavier Niel en fin d'année dernière. Il y a "encore beaucoup de choses à faire sur les prix des télécoms en France", avait-il lancé à BFM Business, en annonçant "une surprise pour nos abonnés" en début d'année.

Selon La Tribune, Xavier Niel aurait d'ores-et-déjà prévenu certains concurrents de son intention de lancer une "bombe atomique", trois ans après le lancement de Free Mobile. "Je vais tout péter, tout mettre à 10 euros", aurait-il ainsi lâché à l'un de ses homologues lors d'une conversation téléphonique.

Actuellement, le forfait illimité Free Mobile est vendu à 15,99 euros par mois pour ses abonnés Freebox, ou 19,99 euros par mois pour ceux qui passent par un autre opérateur pour l'accès à internet fixe. Le prix pourrait ainsi baisser à 9,99 euros par mois pour les premiers, et autour de 15 euros pour les seconds. Dès janvier 2012, Xavier Niel avait expliqué au Nouvel Obs qu'il avait "volontairement laissé aux concurrents un créneau à 10 euros" pour l'illimité, ce qu'avait effectivement fait B&You quelques mois plus tard, sans Internet mobile.

Avec une telle grille tarifaire, les abonnés Freebox Révolution qui souscrivent un forfait Free Mobile paieraient 29,99 euros + 9,99 euros par mois, soit un total de 39,98 euros par mois. Une offre qui placerait Free exactement au même niveau que Bouygues Telecom, qui propose une Bbox ADSL ou VDSL à 19,99 euros par mois, et un forfait B&You avec 3 Go d'internet mobile à 19,99 euros par mois. L'offre de Bouygues resterait toutefois la plus compétitive pour les abonnés au forfait B&You illimité sans internet mobile (ou plus exactement avec uniquement 20 Mo), vendu 10,99 euros par mois.

S'il réduit ainsi ses tarifs, Free porterait certes un coup à sa marge bénéficiaire, mais maintiendrait la pression sur ses concurrents. Il continuerait surtout à fragiliser un Bouygues Telecom qu'il espère pouvoir racheter à prix cassé. Ce qu'il perd en ARPU (revenu moyen par abonné), Free pourrait le récupérer en baisse de prix d'achat du réseau de Bouygues Telecom, et en acquisition de nouveaux clients au forfait Freebox Révolution.

Réponse demain matin à 9h.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés