Avec un iPod qui domine plus de 70 % du marché et Apple qui se réserve l’exclusivité du seul DRM compatible avec son baladeur, vendre des fichiers MP3 sans DRM semble la chose la plus intelligente à faire pour concurrencer le leader de la musique en ligne. Il faut dire, surtout, que le DRM n’est pas ce qui fait venir un client chez un disquaire en ligne, bien au contraire. C’est avant tout la musique qui attire le chaland. Les maisons de disques dont c’est pourtant le vrai métier l’ont tellement oublié qu’elles livrent sur un plateau doré un avantage stratégique évident aux indépendants qui, contrairement à elles, ne s’obstinent pas sur des DRM qui gèlent le marché. Suivant l’exemple de eMusic et l’expérience de Yahoo, MySpace annonce ainsi que ses 3 millions de groupes membres pourront maintenant vendre des chansons sans DRM sur leur page.
Les artistes pourront fixer leur prix avec la plate-forme intégrée de Snocap, qui servira également à contrôler qu’une chanson vendue n’est pas déjà au catalogue d’une maison de disques. C’est PayPal qui devrait être retenu pour le paiement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés