Fermée par le FBI, la plateforme de vente de drogues et d'armes à feu Silk Road a rouvert ses portes en changeant de méthode d'anonymisation, préférant le réseau i2P à Tor.

Sa notoriété d'antan avait été largement oubliée au profit de Tor qui l'a largement dépassé. Mais le réseau d'anonymisation i2P pourrait bien retrouver une seconde jeunesse via les ventes de drogue et d'armes à feu, qui deviennent un peu aux darknets ce que les sites pornographiques furent au web traditionnel — pas un usage majoritaire, mais un précurseur de tendances.

Ainsi Motherboard rapporte que la place de marché Silk Road, que le FBI était parvenue à démanteler malgré l'utilisation de Tor et le paiement des transactions en Bitcoin, renaît sur le réseau i2P, dont nous avions parlé pour la première fois il y a dix ans (à l'époque pour prévenir que la lutte contre les échanges de films et musiques sur les réseaux P2P publics traditionnels allait provoquer la création de darknets qui profiteraient à des criminels).

Accessible uniquement en utilisant i2P à l'adresse silkroadreloaded.i2p, Silk Road Reloaded utilise les mêmes principes que son aînée, avec en plus l'acceptation d'autres cryptomonnaies (Anoncoin, Darkcoin, Dogecoin, Litecoin…), converties en Bitcoin à travers sa plateforme d'échange monétaire. 

Comme Tor, i2P propose un réseau d'anonymisation qui permet d'utiliser des sites sans dévoiler sa véritable adresse IP, donc sans fournir d'éléments permettant de retrouver l'identité de l'utilisateur sur requête judiciaire. Mais contrairement au réseau Tor qui repose sur une architecture relativement centralisée à sa base, i2P utilise une technologie 100 % décentralisée.

Les deux réseaux présentent chacun leurs intérêts, détaillés par i2P lui-même de façon très équilibrée. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés