Ce n'est hélas pas une pratique nouvelle, mais les autorités feraient bien de s'y intéresser avec toute la sévérité requise. Le Journal du Net raconte qu'il s'est lui-même prêté malgré lui à une opération d'intox dans le cadre de l'OPA sur le Club Med, en publiant à la mi-décembre une tribune dénigrant la candidature de Andrea Bonomi, opposé à Gaillon Invest II, la holding de Fosun. Après enquête, le site s'est aperçu que la tribune signée par un certain Marc Fortin présenté comme "analyste chez MFR Business" était en fait l'oeuvre d'un cabinet noir, très certainement mandaté pour influencer sur le résultat des négociations.

"Pour donner de la crédibilité à leur soi-disant analyste financier et à son propos, les faussaires lui ont créé un compte Twitter et un CV sur le réseau professionnel Linkedin ainsi que sur Google+. De même ils lui ont inventé un diplôme de Grenoble Ecole de Management et un passage par la société canadienne Home Trust Company", rapportent nos confrères, qui dénoncent d'autres tribunes similaires publiées par d'autres médias. 

Le site fait le lien avec une société de lobbying liée à Arnaud Dassier et Matthieu Creux, mais sans avoir les moyens d'apporter les preuves formelles de son implication, que les deux hommes d'affaires démentent.

Déjà en 2013, le Journal du Net avait décrit les opérations d'intox dont la presse en ligne se fait le relais par la publication très économique de tribunes fournies gracieusement par des chroniqueurs d'un jour. A Numerama, nous avons comme politique de ne jamais publier de tribunes dont nous ne connaissons pas personnellement l'auteur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés